lundi 1 septembre 2014

SNCF : toujours plus de trains sans contrôleur

Alors que la SNCF prône le développement des TER sans contrôleur, les syndicats dénoncent les risques éventuels et la baisse des effectifs.

De nouvelles rames disposent de caméras et d’un système de fermeture des portes qui permettent au conducteur de se substituer au contrôleur. | (LP/Jean-Nicholas Guillo.)
Faut-il un contrôleur dans chaque train ? Selon la SNCF, 6 500 trains sur les 15 000 qui circulent chaque jour en France, roulent sans contrôleur à bord. Le résultat d'une organisation apparue dès les années 1980 en Ile-de-France. Les Franciliens ont donc l'habitude des contrôles aléatoires de validité des billets effectués, dans les rames ou sur les quais, par des brigades de trois ou quatre contrôleurs.
Aujourd'hui, la compagnie ferroviaire souhaite étendre cette organisation en province. Une volonté assumée, mais qui ne fait pas l'unanimité auprès des syndicats.

« Cela ne concerne que les TER, prévient un porte-parole de la SNCF. Ni les TGV ni les Corail ne sont concernés. » Toujours selon la SNCF, dix régions pour le moment, et notamment les Pays de la Loire, le Centre, l'Alsace ou encore la Bourgogne, possèdent au moins une ligne ferroviaire où les trains circulent sans contrôleur. Soit environ 500 trains par jour. Mais les abcès de fixation avec les syndicats se sont multipliés ces derniers mois un peu partout en France.

Un conducteur et le système d'équipement agent seul

En région Paca, du côté d'Avignon mais aussi en Côte-d'Or près de Dijon, ou encore en Auvergne, des cheminots ont refusé cette organisation et se sont mis en grève. Actuellement, c'est une expérimentation menée en Picardie, sur la ligne Paris-Beauvais, qui coince. « La direction veut transformer les conducteurs en hommes à tout faire, un oeil sur les voies et un autre dans le train. C'est de l'inconscience. Les missions d'un contrôleur ne se limitent pas à vérifier les billets. Il a aussi des fonctions de sécurité ferroviaire, d'information et d'assistance aux voyageurs », dénonce Kevin Quehen, secrétaire général CGT du secteur Paris-Nord.

Des missions qui, selon la SNCF, peuvent parfaitement être remplies par le conducteur grâce aux nouveaux trains équipés du système EAS. Un acronyme pour équipement agent seul. Ces nouvelles rames disposent de caméras mais aussi d'un système de fermeture des portes qui permettent au conducteur de se substituer au contrôleur. « Aujourd'hui, 40 % des nouveaux trains sont équipés du système EAS. Si le conducteur est formé, on peut l'utiliser. On a commencé en province en 2003 par des petits trains. Ensuite, c'est au cas par cas. On le propose aux régions et on en discute ensemble », affirme Alain Le Vern, le directeur général régions, Intercités et Monsieur Antifraudes à la SNCF. Selon lui, le système EAS combiné aux contrôles par des brigades permet à la fois d'améliorer la ponctualité des trains et de mieux lutter contre la fraude. Un discours que n'achètent pas les organisations syndicales, qui y voient plutôt une mesure d'économies.

« Pour la première fois, le nombre de contrôleurs va diminuer de 300 personnes en 2013, alors qu'il était stable, autour de 10 500 agents, ces dernières années », assure Eric Fernandez, secrétaire national à la CFDT-Cheminot. Et de soupçonner la SNCF de vouloir faire baisser la facture pour les régions, qui sont les autorités organisatrices des TER. « Là, ce sont les contrôleurs, mais on peut aussi parler des commerciaux en gare dont plusieurs centaines de postes vont disparaître, prévient le syndicaliste CFDT. On déshumanise le réseau. Quel service public ferroviaire les Français veulent-ils ? »

60% des français désapprouvent la réforme des rythmes scolaires

Selon un sondage CSA pour RTL, la réforme des rythmes scolaires compte de plus en plus d’opposants pour atteindre aujourd'hui 60% .


Alors que la pré-rentrée des enseignants a lieu ce lundi, la réforme des rythmes scolaires est loin de faire l’unanimité. Elle doit pourtant être généralisée cette année à l’ensemble des écoles publiques. Cette réforme est en effet perçue comme « une mauvaise chose » par 60% des français, selon un sondage CSA pour RTL. Soit une hausse de 13% des insatisfaits par rapport au bilan réalisé il y a un an, période où les premières communes mettaient en place la réforme. Ce sondage montre aussi des français très partagés sur les autres chantiers mis en place par l’ex-ministre de l’Education Nationale, Benoit Hamon. Ainsi, la réforme du système de notation des élèves ne serait pas nécessaire pour 59% d’entre eux. En revanche, ils sont plus favorables (67%) au port de l’uniforme à l’école pour mieux lutter contre les inégalités sociales. Précision utile: ce sondage, a été réalisé les 26 et 28 août au moment où la nouvelle ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem prenait ses fonctions. Interviewée hier soir sur TF1, la jeune ministre est restée ferme sur la réforme des rythmes scolaires, déclarant: «La loi s'appliquera partout et il n'y aura pas d'exception». Elle devait à nouveau s'exprimer ce matin lors de la traditionnelle conférence de rentrée.
Source : RTL

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...