On en sait un peu plus sur la scène d'horreur qui s'est déroulée dans cet appartement d'Argenteuil (Val d'Oise), dans la nuit de mardi à mercredi. Un scénario qui s'affine et qui confirme l'aspect sordide de l'histoire. Selon les premiers éléments de l'enquête, Alexandre, le jeune homme retrouvé agonisant au pied de son immeuble et suspecté d'avoir décapité son colocataire, avait consommé de l'héroïne avant le drame.
"La consommation de drogues d'Alexandre était une source de contentieux constant au sein de cette colocation. Il s'en injectait régulièrement" a rapporté à l'AFP une source proche de l'enquête.

Couteaux de cuisine
Une fois de plus ce soir-là, une très violente dispute éclate. Les couteaux de cuisine sont à portée de main, ils serviront donc d'armes pour régler le différend. Alexandre, 25 ans, aurait visiblement décapité son colocataire avant de se défenestrer. Il est décédé sur le trottoir, quatre étages plus bas.
Le jeune homme présentait lui-même une plaie au cou, mais qui selon le médecin légiste n'était pas mortelle et ne l'aurait pas empêché de s'acharner sur sa victime.

Première interpellation
Quelques heures avant le drame, l'auteur présumé des faits était interpellé par la police pour avoir tenté de voler les clefs d'un automobiliste non loin de là, à Enghien-les-Bains. Examiné par les médecins, l'état d'Alexandre a été jugé incompatible avec son placement en garde à vue : dans la journée de mardi, il était déjà défoncé à l'héroïne.
Le troisième colocataire, qui a alerté la police le soir du drame, a d'abord été interrogé par les enquêteurs avant d'être mis hors de cause.