mardi 7 août 2012

Syrie : l'Iran réaffirme son soutien à Bachar el-Assad


Le président syrien Bachar el-Assad (D) reçoit l'émissaire iranien Saïd Jalili à Damas, le 7 août 2012.
Le président syrien Bachar el-Assad (D) reçoit l'émissaire iranien Saïd Jalili à Damas, le 7 août 2012.
REUTERS/SANA/Handout


Alors que les combats entre son armée loyaliste et les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) font rage dans la ville d’Alep, le président syrien Bachar el-Assad a reçu ce mardi 7 août 2012 Saïd Jalili, émissaire du Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. « La Syrie est un pilier de la résistance » contre Israël et les Etats-Unis, a déclaré Saïd Jalili lors de cette rencontre.

« La solution à la crise en Syrie doit venir de l'intérieur de ce pays, via le dialogue national, et non via l'intervention de forces extérieures, a déclaré Jalili, cité par le correspondant à Damas de la chaîne iranienne Al-Alam. Le peuple syrien est hostile à tout plan soutenu par les sionistes ou les Etats-Unis. »
A l'occasion de cet entretien, diffusé à la télévision d'Etat syrien, Bachar el-Assad a promis d'écraser la rebellion dans son pays. « Le peuple syrien et son gouvernement sont déterminés à purger le pays des terroristes et à combattre le terrorisme sans répit », a affirmé le président syrien à son interlocuteur iranien.
Abordant également le sujet des 48 Iraniens enlevés samedi 4 août 2012 dans la province de Damas, l’allié du pouvoir syrien a assuré que « l'Iran utilise tous les moyens pour obtenir la libération immédiate des pèlerins innocents enlevés » tandis que la « brigade al-Baraa », qui a revendiqué le rapt, assure qu'il s’agit en fait de Gardiens de la révolution, les soldats d'élite du régime islamique, et que trois d’entre eux ont été tués dans des bombardements des forces du régime.

En Espagne, des médecins se rebellent pour continuer à soigner les sans-papiers


Affiches contre la cure d'austérité dictée par le gouvernement espagnol, sur un hôpital de Barcelone.
Affiches contre la cure d'austérité dictée par le gouvernement espagnol, sur un hôpital de Barcelone. | AFP/LLUIS GENE

En Espagne, près de 900 médecins ont signé un manifeste où ils s'engagent à"continuer à soigner" dans le service public leurs patients en situation irrégulière, en dépit d'un décret qui limitera à quelques cas l'assistance universelle aux sans-papiers, à partir du 1er septembre.

"Ma loyauté envers les patients ne me permet pas de manquer à mon devoiréthique et professionnel et de commettre un abandon", explique le texte, signé mardi par 870 médecins sur Internet. En le ratifiant, ils entrent dans un mouvement d'"objecteurs de conscience" lancé en juillet par la Société espagnole de médecine de famille et communautaire, qui compte 19 500 médecins membres.
CRÉATIONS DE "CONVENTIONS" PAYANTES
Ils réagissent ainsi à une mesure controversée du gouvernement conservateur engagé dans un effort de rigueur sans précédent pour tenter de réduire son déficit public jusqu'à moins de 3 % du PIB en 2014.
partir du 1er septembre, les immigrés en situation irrégulière n'auront plus accès au système gratuit de santé publique. Pour les sans-papiers, seuls les urgences pour maladie ou accident, suivi de grossesse, accouchement et post-partum et assistance sanitaire aux moins de 18 ans seront encore assurés gratuitement.
Cette décision, ajoutée à une mesure visant à limiter le "tourisme sanitaire" des Européens non résidents disposant d'une assurance privée ou couverts dans leur pays d'origine, permettra d'économiser "environ 1 milliard d'euros par an", selon le gouvernement.
Comme en réponse au malaise des médecins, le ministère de la santé a indiqué mardi qu'il travaillait à la création de "conventions" payantes qui permettront notamment aux citoyens non européens "d'être reçus dans le système public". Cette annonce fait suite à une information publiée mardi par le journal El Pais, qui avance que les moins de 65 ans devraient payer 710,40 euros par an. Une somme qui bondirait jusqu'à 1 864,80 euros par an pour les plus âgés.

Prison ferme pour les auteurs d'une fusillade dans le Gard


Vue de la cité médiévale d'Aigues-Mortes dans le Gard où un homme a tiré sur un groupe de jeunes musulmans samedi soir 4 août.
Vue de la cité médiévale d'Aigues-Mortes dans le Gard où un homme a tiré sur un groupe de jeunes musulmans samedi soir 4 août. | AFP/DOMINIQUE FAGET

La justice a tranché. L'homme de 44 ans qui a tiré sur des jeunes qui fêtaient la rupture du jeûne du ramadan samedi soir 4 août à Aigues-Mortes (Gard) a été condamné, lundi, par le tribunal de Nîmes, à quatre ans de prison ferme. La femme qui l'a aidé dans son agression a été condamnée à deux ans ferme. Les peines sont conformes aux réquisitions du parquet. Ils ont été écroués.

"UNE CHASSE À L'HOMME" POUR LE PROCUREUR
Dans la nuit de samedi à dimanche, des jeunes s'étaient rassemblés sur le parking d'une supérette dans le quartier du Bosquet, après la rupture du jeûne, comme ils le faisaient tous les soirs depuis le début du ramadan sans que personne n'ait trouvé quoi que ce soit à y redire. Mais ce soir-là, un couple était dans sa voiture. Les jeunes ont d'abord cru à un couple de touristes, quand ils ont vu l'homme, employé du cimetière, sortir du véhicule, proférer des insultes racistes, puis prendre une carabine dans son véhicule et tirer à huit reprises au moins, d'abord sur leur petit groupe, ensuite sur une voiture dans laquelle se trouvaient une maman et sa fille de 9 ans, d'origine maghrébine. L'agression –la"chasse à l'homme", a dit le procureur pendant ses réquisitions– a duré une quarantaine de minutes, faisant un blessé léger.
Selon des témoins, la femme de l'agresseur a aussi tenu des propos racistes, et a aidé son compagnon à recharger son arme. Tous deux étaient en état d'ébriété. Le couple est passé en comparution immédiate pour "violences avec ITT (interruption de travail) inférieure à 8 jours", avec quatre circonstances aggravantes: "la préméditation""l'alcool""l'arme" et "l'appartenance des victimes à une ethnie, race ou religion".
UNE RÉUNION EN MAIRIE "DANS UN CLIMAT APAISÉ"
Le préfet du Gard, Hugues Bousiges, a tenu à réagir très fermement. C'est dans le Gard que Marine Le Pen a réalisé son meilleur score au premier tour de la présidentielle et c'est dans la circonscription incluant Aigues-Mortes qu'a été élu un des trois seuls députés d'extrême droite, l'avocat Gilbert Collard. Le préfet a réuni, dimanche, une quarantaine de personnes en mairie. Le colonel de gendarmerie, les victimes, les témoins et leurs familles étaient présents à cette réunion qui s'est tenue dans un climat apaisé, selon des personnes présentes.
La gendarmerie s'est engagée à renforcer les patrouilles dans la ville, qui bénéficie déjà de davantage de gendarmes mobiles pendant toute la saison estivale.

Curiosity: des premières images spectaculaires


Curiosity, un robot de 900 kg et de... (Photo AFP)
Curiosity, un robot de 900 kg et de la taille d'une petite voiture, a coûté 2,5 milliards de dollars à la NASA et devrait permettre de dévouvrir si l'environnement de Mars a un jour été propice au développement de la vie.
PHOTO AFP
Agence France-Presse
Moins de 24 heures après sa spectaculaire arrivée sur Mars, le robot Curiosity a déjà régalé la NASA de superbes images de sa descente vers la planète rouge et du paysage environnant, alors que les scientifiques le préparent patiemment pour sa mission.
Après l'excitation, la joie et le soulagement de voir Curiosity se poser sans encombre sur le sol martien, lundi à 01H32, les équipes du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena (Californie) se sont immédiatement remises au travail pour vérifier que leur robot est en ordre de marche.
Après une première série de tests concluants sur les instruments scientifiques embarqués, les ingénieurs s'apprêtaient à vérifier, dans la nuit de lundi à mardi, l'état des outils des communication de Curiosity.
«Quand Curiosity va se réveiller, nous allons vérifier ses capacités de communication directe avec la Terre», assurées par deux antennes, a-t-elle ajouté, précisant que Curiosity est également capable de communiquer à travers le relais des sondes en orbite autour de la planète rouge.
La première journée martienne -- appelée Sol 1 -- sera aussi l'occasion de poursuivre «les exerices de tests sur plusieurs outils», a-t-elle dit.
Mais le plus impressionnant, moins de 24 heures après l'arrivée du robot sur Mars, est la série de photos parvenues jusqu'à la Terre.
Au premier cliché de l'ombre portée du robot sur le sol de la planète rouge, sont venus s'ajouter lundi une splendide image panoramique du Mont Sharp, en face duquel s'est posé Curiosity.
Le cliché montre une vaste étendue plate couverte de galets, de laquelle s'élève la masse blanche du Mont Sharp, une montagne de 5000 mètres d'altitude sur laquelle Curiosity est censé grimper d'ici un an pour analyser ses roches, dont certaines remontent à un milliard d'années.
Joy Crisp, l'une des scientifiques en chef de la mission, a précisé qu'il était trop tôt pour savoir si la couleur blanche du Mont Sharp était due à la neige, en raison du traitement du cliché en noir et blanc, qui pourrait avoir altéré les couleurs réelles.
La NASA a également présenté une animation des dernières minutes de la descente de Curiositysur Mars et de son atterrissage, en mettant bout à bout les centaines de photos prises par un appareil fixé sous le robot.
Dans cette impressionnante animation, visible sur le site de la NASA, on voit très clairement le détachement du bouclier thermique, puis la descente vertigineuse du vaisseau et le nuage de poussière provoqué par les rétrofusées avant l'atterrissage.
Des images haute définition de la descente, d'une qualité 8 fois supérieure à celles dévoilées lundi, devraient être disponibles dans une quinzaine jours.
Curiosity, un robot de 900 kg et de la taille d'une petite voiture, a coûté 2,5 milliards de dollars à la NASA et devrait permettre de dévouvrir si l'environnement de Mars a un jour été propice au développement de la vie.
Le succès de son atterrissage est déjà une victoire en soi pour la NASA, qui n'avait jamaisenvoyé un robot aussi lourd et perfectionné sur une autre planète. Si tout continue à bien se passer, le robot viendra s'ajouter à la liste des missions martiennes américaines réussies, après Viking 1 et 2 (1976), Pathfinder (1997), Mars Exploration Rovers (2004) ou Phoenix (2008).
Son arrivée lundi a été accueillie par une explosion de joie des employés du JPL et avec fierté par les autorités américaines, le président américain Barack Obama saluant immédiatement «un exploit technologique sans précédent».

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...