jeudi 2 août 2012

Effectifs de la Fontion publique : la Défense grande perdante


Jean-Marc Ayrault a adressé à chacun des membres du gouvernement «les lettres plafond» qui fixent le montant global maximum attribué à leur ministère pour la période 2013-2015.Jean-Marc Ayrault a adressé à chacun des membres du gouvernement «les lettres plafond» qui fixent le montant global maximum attribué à leur ministère pour la période 2013-2015. |
Zoom
Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
Des gagnants et des perdants. Les ministres viennent de recevoir les fameuses «lettres plafond» qui fixent le montant global maximum attribué à leurs ministères pour la période 2013-2015. Ces directions devraient permettre de tenir l'objectif de baisse des dépenses de fonctionnement de 7% avant 2013 et de 2,5% par an des effectifs publics, hors , police et gendarmerie, d'ici à 2015. 


Une source gouvernementale, citée par Le Monde, détaille, ministère par ministère, les crédits accordés et les suppressions d'emplois qui se profilent à l'horizon 2013. C'est la Défense qui subit la coupe la plus drastique avec 7 200 postes supprimés. Suit le ministère des Finances, avec une saignée de 2 000 à 2 500 postes. L'Ecologie et le , le ministère de Cécile Duflot, perd 1 300 personnes. Les autres ministères seront amaigris d'un autre millier de postes. Au total, ce sont donc 12 000 emplois qui devraient être supprimés dans ces ministères, jugés non prioritaires.

Sur trois ans, 38 000 postes créés dans l'enseignement
Le malheur des uns fait le bonheur des autres. La justice va gagner 500 postes. De même pour la sécurité (police et gendarmerie). En accord avec les promesses électorales de François Hollande, l'éducation va profiter d'importants moyens avec la création de 10 000 postes pour l'année prochaine (38 000 sur trois ans).

Le Monde note que ces chiffres cachent des réalités complexes. Par exemple, en dépit des nouveaux postes de policiers et de gendarmes, le ministère de l'Intérieur va voir ses effectifs totaux fondre. A l'intérieur de chaque ministère, on trouve également des gagnants et des perdants. Ainsi, malgré une baisse des effectifs à Bercy, le nombre de douaniers devrait augmenter. 

Une fois les lettres plafond reçues, chaque ministère doit procéder à la répartition de l'enveloppe globale de crédits entre les différents postes budgétaires.

JO: la judoka française Audrey Tcheuméo en demi-finale des -78kg


LONDRES (Reuters) - La judoka française Audrey Tcheuméo s'est qualifiée jeudi pour les demi-finales des Jeux olympiques dans la catégorie des moins de 78 kg en battant la Chinoise Xiuli Yang, championne olympique en titre.
Audrey Tcheuméo 22 ans et championne du monde de la catégorie, s'est imposée sur un waza-ari.
Elle rencontrera en demi-finale la Britannique Gemma Gibbons. L'autre demi-finale opposera la Brésilienne Mayra Aguiar à l'Américaine Kayla Harrison.
La finale a lieu à 15h00 GMT.
Dans l'autre catégorie au programme de la journée, celle des moins de 100 kg hommes, le Français Thierry Fabre a été éliminé dès le premier tour.

Le calendrier du mariage gay se précise


Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille © MAXPPP
La ministre déléguée à la Famille, a assuré que le texte de loi "devrait être voté dans le 1er semestre 2013".
Le calendrier de la présentation du texte de loi sur le mariage gay se précise. Interrogée par Europe 1, Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, a assuré jeudi que le texte "devrait être voté dans le premier semestre 2013".

"Tenir les engagements de François Hollande"

Malgré les réactions virulentes que suscite cette proposition de loi, la ministre assure que le texte sur le mariage gay "sera présenté au parlement et voté au parlement". "Il faut bien comprendre que cela fait partie d'un des soixante engagements de François Hollande et nous avons pour objectif, avec l'ensemble du gouvernement, de tenir ces engagements", assure-t-elle au micro d'Europe 1.

Lors de sa déclaration de politique générale en juin dernier, Jean-Marc Ayrault, avait fixé l'adoption de cette loi au premier semestre 2013. En attendant, le Premier ministre compte demander à "tous les membres du gouvernement concernés de lui faire des propositions, après concertation avec les partenaires associatifs, pour définir le pilotage institutionnel des politiques de lutte contre les violences et les discriminations commises à raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre, qui sont par nature interministérielles".

"L'État n'a pas à juger de la façon de faire famille"

Un couple homosexuel se dit "oui" au Brésil. © REUTERS
La ministre de la Famille a tenu à balayer les critiques émanant d'une branche de la droite et de certains catholiques. "Je voudrais juste dire à tous ceux qui peuvent être contre le mariage gay : l'État n'a pas à juger de la façon de faire famille. Des gens veulent vivres en union libre, d'autres veulent se pacser, d'autres veulent se marier, il faut que tous les citoyens puissent avoir les mêmes libertés de choix et les mêmes droits", estime-t-elle.
Dominique Bertinotti s'est montrée confiante dans la tenue de "débats de qualité" sur le sujet. "C'est un engagement qui sera tenu et vous allez voir que la société est beaucoup plus en avance qu'on le croit. Certes, il y aura des opposants, et si cela alimente un débat de qualité, nous le mènerons avec beaucoup de détermination, pour faire avancer ce qui n'est qu'une mesure d'égalité", a-t-elle assuré. La ministre précise que cette mesure ne fera pas l'objet d'un référendum.

"Se marier et adopter"

Dominique Bertinotti a précisé que "les personnes de même sexe qui le souhaitent" pourraient "se marier et adopter ensemble. "Le mariage va de paire avec l'adoption puisque lorsque l'on se marie on obtient le droit à l'adoption", a-t-elle précisé.
Une majorité de Français (63%) se disent favorables au mariage gay, selon un sondage BVA. Seuls les plus de 65 ans s’y disent majoritairement hostiles. Dans cette enquête, les Français se disent aussi pour l’adoption des homosexuels à 56 %.

L’extraterrestre de Roswell nie le réchauffement climatique…


Bon. Voilà. Le jour où la vérité éclate finit toujours par arriver. Alors, même si cela m'est difficile, j'ai un aveu à vous faire. Ou plutôt une série d'aveux. Je ne peux plus me taire. J'ai sans cesse dû retarder ce moment, sous la pression de ceux qui savaient (et ils sont plus nombreux que vous le croyez) et m'obligeaient à ne rien dire. J'ai bien essayé une fois de crier la vérité mais ceux qui contrôlent tout, dont je ne peux révéler le nom, veillaient au grain et ont transformé mon texte en une bouffonnerie que personne n'a crue. Cette fois, au moins pour quelques minutes, avant que ce blog et ses archives disparaissent, vous pourrez savoir, quel que soit le prix à payer. Car il faut absolument que vous l'appreniez si vous ne vous en doutez pas encore, une conspiration de scientifiques a pris le contrôle du monde, elle nous fait croire que l'homme est allé sur la Lune, que le tabac provoque le cancer, que le sida est dû à un virus, que les extraterrestres ne viennent pas régulièrement nous voir, que les températures de la planète se réchauffent et que l'homme en est responsable... Tout cela n'est que le résultat d'une vaste, d'une ignoble conspiration.
Ce qui précède est probablement le paragraphe que certaines personnes rêveraient de me voir écrire sérieusement et je ne doute pas qu'une partie d'entre elles le sortiront de son contexte afin de triompher sur les blogs où s'exprime leur goût pour le négationnisme scientifique ou pour les conspirations globales. Tout le problème pour eux, c'est qu'il ne s'agit que d'un bout de fiction. Rien n'y est vrai, à l'exception de ce lien, précisément, entre théories du complot et rejet des résultats de la science, en particulier dans le domaine du changement climatique. Un lien que vient de mettre en évidence une équipe de l'université d'Australie-Occidentale dans une étude que publiera prochainement la revue Psychological Science.
Il n'est guère sorcier de deviner qu'une organisation comme le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ne peut qu'attirer la méfiance des partisans des thèses conspirationnistes. Par ailleurs, qu'un consensus scientifique rassemble plus de 95 % des chercheurs d'une discipline est tout aussi suspect aux yeux des complotistes, encore plus quand on sait que les grands instituts de recherche n'ont pas forcément les mêmes modèles, les mêmes jeux de données et travaillent indépendamment les uns des autres... Pour mettre en évidence le lien entre goût pour le conspirationnisme et rejet de la science, les chercheurs de l'université d'Australie-Occidentale sont allés là où ces deux concepts s'expriment le mieux, c'est-à-dire sur Internet. Ils ont fait publier un questionnaire approfondi sur huit blogs traitant du climat. Il faut noter au passage que les cinq blogs climatosceptiques auxquels ils ont proposé leur sondage ont tous refusé de collaborer..
Au total, 1 145 questionnaires complétés en intégralité ont été retenus (un seul par adresse IP) et les résultats sont assez éloquents. Celles et ceux qui ont une propension à s'approprier toute théorie complotiste sont aussi les mêmes qui vont rejeter entièrement des faits ou des consensus scientifiques. Les personnes croyant qu'un puissant groupe secret baptisé Nouvel Ordre mondial a pour but de supprimer les Etats souverains et de gouverner le monde, que les missions Apollo ne sont jamais allées sur la Lune mais ont été filmées à Hollywood, que le gouvernement américain a autorisé les attentats du 11-Septembre dans les buts, déterminés à l'avance, de faire la guerre en Afghanistan et en Irak et de limiter les libertés aux Etats-Unis, que la mort de la princesse Diana n'est pas accidentelle mais un meurtre prémédité par des membres de la famille royale britannique, que les militaires américains ont bel et bien trouvé les débris d'un engin extraterrestre à Roswell en 1947, etc, ces personnes-là ont nettement plus tendance que les autres à penser que le réchauffement climatique n'est pas une réalité, que le sida n'existe pas (ou bien qu'il n'est pas causé par le VIH) ou encore que le tabac ne provoque pas le cancer du poumon.
L'étude confirme aussi de manière très nette le clivage important, au sujet de la science climatique, entre les grands courants politiques américains, un clivage déjà mis en lumière par de nombreux sondages au fil des ans. Pour schématiser, les Républicains ont majoritairement tendance à penser que le réchauffement n'est pas scientifiquement avéré, qu'il ne s'agit donc pas d'un problème important, que les chercheurs ne sont même pas d'accord sur ses origines et que les médias en exagèrent les effets. Les Démocrates ont, en moyenne, des positions inverses et font davantage confiance aux résultats de la recherche. Dans leur livre Les marchands de doute, Naomi Oreskes et Eric Conway soulignent que les petits groupes néolibéraux qui ont semé le doute sur la réalité du réchauffement climatique (après avoir fait la même chose pour le lien tabac-cancer ou celui entre le trou de la couche d'ozone et les CFC) voient comme une menace toute découverte scientifique qui risque d'avoir pour conséquence une régulation du marché. Un articlepublié en 2008 par Environmental Politics a également montré que, sur 141 livres sur l'environnement publiés entre 1972 et 2005 avec une tonalité "sceptique", 92 fois sur 100, le ou les auteurs étaient liés à un think tank conservateur...
L'étude à paraître dans Psychological Science parvient aux mêmes conclusions, car de nombreuses questions étaient posées aux internautes sur leur conception de l'économie et du rôle que l'Etat doit y tenir. Les plus ardents partisans de l'économie libérale et du laissez-faire sont aussi ceux qui se méfient le plus de la science climatique. Finalement, on s'aperçoit que théories du complot et rejet de la science s'appuient sur un socle psychologique commun : une suspicion automatique pour la version officielle. C'est comme une opposition de principe pour ce qui, au sein de la communauté scientifique, fait consensus, surtout quand ce consensus risque de mener à une intervention de l'Etat, à une réglementation perçue comme une restriction des libertés. Pour terminer, je rappellerai que le sénateur Républicain, James Inhofe, déjà distingué sur ce blog pour avoir dit que Dieu ne permettait pas le réchauffement climatique, ne vient-il pas de publier un livre sur le sujet intitulé The Greatest Hoax (Le plus grand canular), dont le sous-titre est très clair : "Comment la conspiration du réchauffement climatique menace votre avenir" ?

Une aide financière pour les voisins de Merah


La ville de Toulouse a "avancé certaines sommes" aux voisins de Mohamed Merah qui ont subi l'assaut du Raid en mars dernier.
La ville de Toulouse a "avancé certaines sommes" aux voisins de Mohamed Merah qui ont subi l'assaut du Raid en mars dernier.© MAXPPP
La mairie de Toulouse affirme aider les habitants en difficultés, après les dégâts de l’assaut du Raid.
Les habitants du 17, Rue Sergent-Vigné à Toulouse obtiennent peu à peu des aides financières. Plus de quatre mois après la mort de Mohamed Merah, les voisins du tueur au scooter ont expliqué dans le Canard enchaîné de mercredi désespérer de n’avoir pas encore pu obtenir réparation des dommages causés par l'assaut du Raid dans leur immeuble.

"7 personnes ont reçu une aide financière"

Romain Cujives, conseiller municipal de Toulouse, a assuré jeudi sur Europe 1 que la ville rose a d’ores et déjà versé un peu d’argent à certains habitants de l’immeuble. "A Toulouse, nous sommes en capacité, et nous prenons l’engagement, d’avancer certaines sommes pour des travaux ou pour des gens qui ont eu des difficultés avec leur travail ou pour louer des voitures quand elles sont abimées. Nous avons déjà commencé à le faire. Sept personnes ont déjà reçu une aide financière", a-t-il détaillé.
Il s’agit pour la municipalité non pas de faire un don aux habitants, mais bien de les aider temporairement. "Nous pouvons faire des prêts ou avancer de l’argent, en attendant que la justice se prononce de façon claire". Mais, a rappelé Romain Cujives, "il n’est pas de la responsabilité de la mairie de faire de gros travaux".

"Un événement exceptionnel"

"Le véritable problème, c’est qu’on est face à un événement exceptionnel. Aucune assurance, aucune mairie n’est préparée à un événement comme celui-là", a expliqué Romain Cujives sur Europe 1. Et d'ajouter : "les assurances disent : 'nous voulons une parole claire de l’Etat disant qu’il nous remboursera et à ce moment-là, qu’on nous fasse passer des devis et nous rembourserons'".
A Toulouse, "ce que nous demandons à l’Etat, c’est de redire de façon très officielle aux assurances que l’Etat couvrira. Il faut que les assurances accélèrent leurs procédures". Le ministère de la Justice a reçu vingt-et-une demandes d’indemnisations. "Quatre ont été traitées. Quinze sont en cours", a précisé Romain Cujives. Les habitants devraient ainsi être bientôt fixés sur leur sort.

Al-Qaïda: trois membres présumés arrêtés dans le sud de l'Espagne


MADRID (Espagne) - Trois membres présumés du réseau Al-Qaïda, soupçonnés selon la presse d'avoir voulu perpétrer un attentat en Espagne, ont été arrêtés dans le sud du pays, dans la région de Cadix, a annoncé jeudi une source judiciaire.
Al-Qaïda: trois membres présumés arrêtés dans le sud de l'Espagne
Le ministre de l'Intérieur espagnol Jorge Fernandez Diaz le 26 avril 2012 à Luxembourg

Les trois hommes, qui seraient deux Tchétchènes et un Turc, ont été arrêtés en possession d'explosifs et de poison, la police les soupçonnant d'avoir voulu préparer une action terroriste en Espagne, selon plusieurs médias espagnols. 
Ils auraient reçu un entraînement militaire dans des camps de formation au Pakistan, et seraient experts dans le maniement d'explosifs. 
Selon le quotidien El Pais, les trois hommes sont liés au groupe islamiste basé au Pakistan Lashkar-e-Taïba (LeT), accusé de l'attentat de Bombay, la capitale économique de l'Inde, en 2008, qui avait fait au total 166 morts et plus de 300 blessés. 
La radio Cadena Ser, citant des sources policières, a affirmé de son côté que les trois militants présumés avaient loué un appartement à La Linea de la Concepcion, une ville d'Andalousie proche de Cadix, à la pointe sud de l'Espagne et proche de Gibraltar, où l'un des trois hommes a été arrêté. 
Selon d'autres médias, les hommes arrêtés seraient un Tchétchène, un Russe et un Turc. 
La police les soupçonnerait d'avoir préparé une bombe, après avoir intercepté une communication téléphonique de l'un d'entre eux, expliquant qu'il avait nettoyé l'appartement de La Linea de la Concepcion. 
Le trio aurait été placé sous surveillance depuis son arrivée il y a un mois en Espagne, en provenance de la France, la police le soupçonnant d'avoir voulu commettre un attentat en parapente, écrivait El Pais. 
Le ministère de l'Intérieur, interrogé à ce sujet, a refusé de confirmer l'information, renvoyant seulement à une conférence de presse du ministre, Jorge Fernandez Diaz, prévue à 11h00 GMT. 
Le dossier a été confié à un juge de l'Audience nationale, le tribunal madrilène compétent en matière d'affaires terroristes, a précisé à l'AFP une source judiciaire, sans autre précision. 
L'Espagne avait été frappée le 11 mars 2004 par des attentats islamistes contre des trains de banlieue à Madrid, qui avaient fait 191 morts. 
Depuis, des arrestations de militants islamistes radicaux ont eu lieu dans différentes régions du pays, notamment en Catalogne, dans le nord-est, et dans la région de Valence, dans l'est. 
Mais, selon les médias, c'est la première fois que des extrémistes sont arrêtés dans le pays en possession d'explosifs. 
En juin, la police avait arrêté à Melilla, une enclave espagnole située à l'extrémité nord du Maroc, deux Espagnols, membres présumés d'une cellule islamiste radicale, soupçonnés d'avoir torturé et assassiné en 2008 deux hommes qui avaient tenté de quitter le groupe. 
Le ministre de l'Intérieur avait alors affirmé que les deux suspects, placés en détention, appartenaient à "la même mouvance radicale" que les islamistes qui s'étaient immolés à Leganes, près de Madrid, le 3 avril 2004, trois semaines après les attentats du 11 mars. 
En mars dernier, la justice avait également placé en détention provisoire un Saoudien arrêté à Valence, pour "délit d'appartenance présumée à une organisation terroriste" proche d'Al-Qaïda. 
Cet homme était soupçonné par la justice d'être membre, depuis au moins 2005, d'une organisation nommée "réseau ansar al-Moudjahidine (RAAM)" gérant des sites internet dont l'objectif est le "recrutement, l'endoctrinement et la radicalisation de sympathisants pour la lutte armée". 

Toujours plus de travailleurs au noir en France en 2011


BTP travaux bâtiment TVA
Crédits : LCI

Partager

À lire aussi

Le travail au noir détecté en France s'est traduit l'an passé par 220 millions d'euros deredressements, un chiffre en hausse de 18% par rapport à 2010.
Dans son rapport annuel, l'Acoss, la caisse nationale des Urssaf, explique la progression par un contrôle accru et par le "développement de synergies avec les organismes partenaires" et de "travaux pour étendre les périmètres couverts et investir de nouveaux espaces (auto entrepreneurs, international)".
Selon l'agence,  les contrôles aléatoires ont fait apparaître des fraudes dans 7,3% des entreprises, un chiffre que l'agense considère comme une "borne basse de l'ampleur réelle de la fraude (...) dans la mesure où la détection de la fraude reste par nature délicate et ne peut être totale".
Globalement, les Urssaf ont procédé l'an passé à près de 166.000 contrôles divers qui ont donné lieu à des redressements de 1,18 milliard d'euros, soit 16% de plus qu'en 2010. Ils se sont traduits aussi par des restitutions de 188 millions d'euros, 6% de moins qu'un an plus ôt.

Ces chiffres sont à mettre au regard des 419 milliards de recettes encaissées en 2011 par l'Acoss, dont 299 milliards proviennent de cotisations et contributions assises sur les revenus d'activité

Twitter lance un outil pour mesurer la guerre Obama - Romney


Twitter, qui est devenu un champ de bataille de l'élections présidentielle américaine, a lancé mercredi un nouvel outil permettant d'analyser les tweets comportant la mention "Obama" ou "Romney". Un calcul qui permettrait de mesurer la popularité des candidats.
Twitter lance un outil pour mesurer la guerre Obama - Romney
TWITTER - Twitter a lancé un outil qui analyse les tweets mentionnant les noms d'Obama et Romney. Selon ses créateurs, il offre une vision plus complète de l'opinion des électeurs que les sondages traditionnels.
REUTERS/Larry Downing
Tout comme les augures romains observaient autrefois le vol des oiseaux pour évaluer les chances de victoire à la guerre, les candidats Obama et Romney vont-ils observer l'oiseau bleu pour déceler le moindre présage de victoire à la présidentielle ? Twitter a lancé mercredi un nouvel outil qui analyse quotidiennement les tweets mentionnant les candidats à la présidentielle américaine,Barack Obama et Mitt Romney. Objectif: jauger leur cote de popularité. 
Topsy, l'entreprise partenaire de Twitter sur ce projet, dit décortiquer "plus de 400 millions de tweets par jour" afin de connaître l'opinion de leurs auteurs sur les deux prétendants à la Maison Blanche. Ceux-ci sont ensuite crédités d'un score allant de 0 à 100 selon la teneur des tweets les concernant, sachant que "plus la note est haute, plus l'opinion générale est positive", précise un communiqué de Topsy. 
Au lancement du "Twitter Political Index (election.twitter.com), le président Obama était crédité d'un score de 44 points - 10 de plus que le jour précédent - contre 26 pour le candidat républicain Mitt Romney, en hausse d'un point. 
L'examen de l'indice de popularité des candidats depuis début mai permet de constater d'importantes variations: Obama a par exemple fait un score de 74 à son plus haut, mais il est aussi descendu jusqu'à 10. Romney a quant à lui oscillé entre 14 et 64. 
"C'est comme si vous pouviez avoir un aperçu des conversations sur les élections à travers tout le pays et tous les jours. Topsy analyse les tweets en temps réel pour comprendre de quoi parlent les gens et le rendre intelligible", explique Duncan Greatwood, administrateur de Topsy. Il affirme ainsi pouvoir "prendre le pouls du pays lors de la campagne électorale". 
Topsy analyse les tweets en temps réel pour comprendre de quoi parlent les gens et le rendre intelligible", explique Duncan Greatwood, administrateur de Topsy, qui affirme ainsi pouvoir "prendre le pouls du pays lors de la campagne électorale". 

"Une vision d'ensemble complète des prévisions politiques"

Pour Adam Sharp, de la direction de Twitter, l'outil "donne une nouvelle perspective" sur l'opinion des électeurs, et permet d'avoir "vision d'ensemble plus complète des prévisions politiques". Topsy affirme que même s'il utilise une méthode différente, ses résultats sont "très proches" des sondages faits par l'institut Gallup sur la popularité du président Obama ces deux dernières années. L'algorithme utilisé aboutirait à un résultat en accord avec l'opinion publique "dans plus de 90% des cas", prétend l'entreprise. 
Plusieurs initiatives de suivi de la populatité des hommes politiques sur les réseaux sociaux ont vu le jour. Le Washington Post a ainsi lancé une "@mentionmachine" (Machine à mentions) qui a permis de suivre l'évolution de la visibilité des candidats à la primaire républicaine sur Twitter et dans les médias traditionnels. Aujourd'hui, elle permet de suivre la visibilité des deux candidats à la présidentielle. 
Twitter est donc devenu un champ de bataille pour les deux candidats. A tel point qu'ils se sont lancés dans une course acharnée aux followers, où tous les coups sont permis. Mitt Romney est ainsi soupçonné d'avoir acheté des centaines de milliers de followers pour accroître sa crédibilité dans le monde des réseaux sociaux. Mais avec plus de 18 millions de followers, contre moins de 800 000 pour Romney, Obama a une avance confortable sur son concurrent. 

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...