mardi 20 mars 2012

Sarkozy en situation plus favorable face à la tuerie de Toulouse


par Emmanuel Jarry
PARIS (Reuters) - La tuerie de Toulouse et l'émotion qu'elle suscite sont de nature à modifier la donne de la campagne présidentielle en faveur de Nicolas Sarkozy mais les analystes restent très prudents quant à l'impact de ce drame sur le résultat final.
La mort de trois enfants juifs et du père de deux d'entre eux, abattus froidement lundi dans leur école par un homme qui a vraisemblablement tué aussi trois soldats d'origine maghrébine la semaine dernière, a mis la campagne entre parenthèses.
Mais si le candidat Sarkozy s'est provisoirement effacé, comme son principal adversaire, le socialiste François Hollande, c'est pour mieux réendosser le costume de chef de l'Etat et l'un de ses meilleurs rôles, celui de super-ministre de l'Intérieur.
Ses proches évitent soigneusement la question de savoir à qui profite cette situation et tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une instrumentalisation.
"Je refuse d'entrer dans ce débat", s'insurge ainsi le ministre délégué au Logement, Benoist Apparu.
Un élu UMP n'en juge pas moins qu'une bonne gestion de ce dossier ne peut que profiter à Nicolas Sarkozy, car "la stature présidentielle est une dimension importante du vote".
Le président sortant est désormais donné par certains sondeurs en tête des intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle mais toujours largement battu au second par François Hollande, même si les écarts se réduisent.
Il bénéficie d'une prime au chef de l'Etat sortant, qui conserve les attributs du pouvoir alors que ses adversaires sont condamnés à n'être qu'observateurs, confirment des analystes.
LE PRÉSIDENT AU SECOURS DU CANDIDAT ?
"C'est typiquement le genre d'événement extérieur qui peut venir modifier une donne électorale", a ainsi déclaré sur France Inter Brice Teinturier, dirigeant de l'institut de sondage Ipsos. "C'est plutôt quelque chose qui peut favoriser celui qui est aux commandes parce ça lui donne davantage de visibilité."
Un avis partagé par Gaël Sliman, de l'institut BVA, qui défend la thèse selon laquelle seul un élément extérieur à la campagne peut permettre à Nicolas Sarkozy de se faire réélire.
"Le président aide enfin le candidat. Jusqu'ici, le candidat était plombé par le bilan du président", estime-t-il.
Par contraste, le manque d'expérience gouvernementale du candidat socialiste risque d'apparaître plus criante.
Un deuxième facteur joue pour Nicolas Sarkozy : sa position institutionnelle lui permet, plus qu'à d'autres, d'incarner l'élan d'unité nationale suscité par ce type d'événement.
"Ce n'est plus le candidat de la division mais l'homme qui incarne la réaction unanime d'une communauté nationale", explique le directeur du centre de recherche de l'Institut de sciences politiques de Paris (Cevipof).
"Il habite à nouveau la fonction présidentielle dans ce qu'elle a de plus noble, ce qui peut contribuer à atténuer l'anti-sarkozysme dont on sait qu'il est un de ses handicaps les plus lourds", ajoute Pascal Perrineau.
CHANGEMENT DE TON ?
Troisième facteur : les assassinats de Toulouse ramènent au coeur de la campagne le thème de la sécurité, qui était début mars au dixième rang des préoccupations des Français dans une enquête Ipsos et pratiquement absente des débats jusqu'ici.
Or, "quand on demande aux Français qui est le plus crédible pour réduire l'insécurité, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 58% d'avis favorables, contre 38% pour François Hollande", dit à Reuters Jean-François Doridot, autre dirigeant de cet institut.
Pour Pascal Perrineau, "il est évident que la hiérarchie des enjeux va bouger et c'est vrai que Nicolas Sarkozy garde un avantage par rapport à François Hollande sur le terrain de tout ce qui touche de près ou de loin à l'insécurité".
La situation créée par la tuerie de Toulouse présente une autre difficulté pour le socialiste, estime Jean-François Doridot : "Il ne doit absolument pas polémiquer sur le sujet."
Mais pour le politologue Dominique Reynié, cette nécessaire retenue concerne tous les candidats : "On a une campagne qui a été dominée par un ton extrêmement agressif. Il va falloir que le discours politique baisse en intensité."
Trouver des angles d'attaques contre Nicolas Sarkozy, sans heurter le souhait d'apaisement de l'opinion risque de s'avérer plus difficile pour François Hollande.
Mais cela vaut aussi pour le président : "Ça va être très difficile de ressortir un débat sur la viande halal ou sur tout ce qui touche au confessionnel", souligne Jean-François Doridot.
Tous ces analystes estiment que l'évolution du rapport de force entre Nicolas Sarkozy et François Hollande sera largement fonction des suites de l'affaire de Toulouse.
L'impact de cette affaire sur l'élection "dépendra beaucoup de la façon dont elle se terminera", souligne ainsi un élu UMP.
Edité par Yves Clarisse

TOULOUSE (France) - France : contre-la-montre pour trouver le tueur avant qu'il ne récidive


TOULOUSE (France) - Les enquêteurs français ont engagé mardi une course contre la montre avec le mystérieux tueur en série qui a impitoyablement exécuté sept personnes au cours de trois attaques et qui semble filmer ses crimes.

Les corps des trois enfants et de l'adulte tués lundi dans une école juive deToulouse (sud-ouest) ont été transportés mardi à Paris d'où ils doivent être emmenés en Israël pour y être enterrés mercredi.
Cependant que le gouvernement a mis en branle l'ensemble de ses moyens de police et ses services antiterroristes pour mettre le tueur en série hors d'état de récidiver, une minute de silence a été observée à 10H00 GMT dans toutes les écoles françaises, en signe d'unité du pays.
Le président Nicolas Sarkozy, qui était lui-même dans une école mardi matin pour la minute de silence, devait se rendre dans l'après-midi à l'aéroport de Roissy; près de Paris, pour un hommage aux morts au cours d'une cérémonie à huis clos.
Il a assuré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de sa "totale détermination" à interpeller l'auteur de la tuerie de Toulouse.
Cette tuerie, la première ayant visé des juifs depuis 30 ans en France, a bouleversé ce pays, donnant un coup d'arrêt à la campagne pour l'élection présidentielle sans toutefois l'interrompre complètement, à un mois du premier tour.
Les enquêteurs s'emploient à faire parler les premiers éléments recueillis grâce aux vidéos de surveillance, aux témoignages des rescapés et aux contacts entre le tueur et sa première victime du dimanche 11 mars.
"On n'a malheureusement rien, on a une obligation de résultat, c'est tout", a déclaré le président Nicolas Sarkozy à la presse, tandis que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant déclarait que les enquêteurs n'avaient pas encore identifié le tueur.
-des victimes abattues à "bout touchant"-
Les enquêteurs sont toutefois capables de reconstituer en partie les passages à l'acte de l'assassin depuis le 6 mars, lorsqu'il a volé le puissant scooter qu'il utilise, jusqu'à l'attaque lundi de l'école juive.
Le 11 mars, le tueur en série présumé avait abattu à Toulouse un militaire d'origine maghrébine. Le 15 mars, il avait tiré sur trois soldats d'un régiment de parachutistes dans la ville voisine de Montauban, deux d'origine maghrébine, le troisième d'origine antillaise. Deux ont été tués, le troisième grièvement blessé.
Au total, 14 jours d'une funeste entreprise où l'homme a agi tous les quatre jours dans un rayon de 50 km contre des soldats maghrébins ou antillais et des juifs.
A chaque fois, un scooter pour se déplacer rapidement, deux armes de calibre 11,43 et 9 mm, et un casque qu'il garde pendant les meurtres pour ne pas être reconnu.
A chaque assassinat, le tueur a tiré une balle dans la tête "à bout touchant" sur ses victimes, a précisé le procureur de Paris François Molins, chargé de cette enquête classée antiterroriste. Se sachant "traqué", il est "susceptible de passer à nouveau à l'acte", selon le magistrat.
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a révélé un détail troublant. "Un témoin a vu une petite caméra autour du cou du tueur", a-t-il dit. C'est un appareil "permettant d'enregistrer en grand angle des images et ensuite de les visionner sur l'ordinateur", selon le ministre.
"Dans mon esprit, cela serait de nature à conforter le profil psychologique de l'assassin", présenté comme "très maître de lui dans ses gestes, très cruel", a-t-il dit.
Des spécialistes évoquent des similitudes avec le Norvégien Anders Behring Breivik, qui avait envisagé, dans un manifeste diffusé sur internet juste avant de tuer 77 personnes le 22 juillet 2011, de filmer ses attaques.
Parmi les pistes explorées par la police figure celle d'un tueur à l'idéologie raciste et antisémite se réclamant de l'ultra-droite. En revanche, la police a écarté la piste des trois anciens parachutistes aux sympathies néonazies chassés en 2008 de l'armée.
L'assassinat rarissime de juifs sur le sol français a entraîné le déploiement de moyens exceptionnels pour retrouver cet assassin à la froideur et à la détermination inouïes.
-"Ne pas instrumentaliser le malheur"-
Nicolas Sarkozy a annoncé le déclenchement, pour la première fois en France, d'un plan Vigipirate de "couleur écarlate", soit le plus haut niveau d'alerte antiterroriste, dans la grande région entourant Toulouse.
Dans cette ville, où les hommages se succèdent depuis lundi matin, les dépouilles des personnes tuées lundi, celles de Jonathan Sandler, professeur de religion français de 30 ans, de ses deux enfants franco-israéliens Gabriel et Arieh (quatre et cinq ans) et de Myriam Monsonego (7 ans), elle aussi bi-nationale, ont quitté l'école Ozar Hatorah vers 14h20 (13h20 GMT).
Les corps ont été acheminés vers l'aéroport de Roissy, avant de gagner Israël par le vol de la compagnie israélienne El Al de 22h50 GMT.
Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé accompagnera les familles en Israël, où les corps des défunts seront inhumés mercredi, conformément au souhait de leurs proches.
L'attentat a entraîné lundi une mise entre parenthèses de la campagne pour l'élection présidentielle (22 avril et 6 mai), à la fois par le président Sarkozy, candidat à sa succession, et par son adversaire socialiste, François Hollande.
"Je ne veux pas croire que quiconque essaiera d'instrumentaliser un malheur. Je ne veux même pas l'imaginer", a déclaré François Hollande, favori des sondages, qui a annulé ses meetings, mais restait très présent dans les médias.
Mais le centriste François Bayrou et le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon ont brisé ce front commun en affirmant mardi poursuivre leur campagne, au nom de la lutte contre l'intolérance ou de la résistance face à la haine et à la violence.
Devant le collège Ozar Hatorah qui doit rouvrir mercredi, des dizaines de bougies ont été allumées et des bouquets de fleurs déposés contre le mur d'enceinte. Selon la tradition juive, les corps des quatre personnes tuées, rendus dès l'après-midi aux familles, ont été veillés toute la nuit.
 © 2012 AFP

EN DIRECT - Tueries de Toulouse: Guéant assure que «l'enquête avance


18h42: Guéant assure que «l'enquête avance»
«Beaucoup d'informations arrivent aux services», a indiqué le ministre de l'Intérieur à sa sortie du commissariat central de Toulouse où sont regroupés les enquêteurs. Claude Guéant a précisé que «toutes nécessitent un approfondissement» et que «certaines pistes sont plus crédibles que d'autres», selon notre journaliste sur place. «L'enquête avance», a indiqué le ministre, sans souhaiter donner plus de précisions.
18h12: L'existence d'une caméra remise en question
Le procureur de Paris a indiqué qu'il n'avait pas la preuve de la présence d'une caméra. Selon plusieurs sources citées par M6, l'existence de cet accessoire est en effet «sérieusement remise en cause» par l’exploitation des caméras de vidéosurveillance du collège.
18h09: Un signalement du tueur se dessine
Le tireur serait «un homme de taille moyenne, environ 1,75 m, mince, aux yeux clairs», sans doute bleus, selon les informations de M6. Il s'agirait du signalement établi par les enquêteurs après le recoupement des témoignages à Montauban et Toulouse. «C’est un homme de type caucasien ou européen», selon une source proche de l’enquête.
18h01: Le procureur conclut: «Il faut croiser le profil avec le degré de préparation. C'est là qu'on en revient à la piste terroriste».
17h59: Le scooter est un T-Max 530 Yamaha. A Montauban il était noir. Hier à Toulouse, les témoins indiquent qu'il était blanc.
17h57: L'homme a «une silhouette plutôt fine» et mesure environ 1,75 m, selon les témoins.
17h56: Le procureur n'a pas «la certitude» que l'homme portait bien une caméra, même s'il ne l'exclut pas.
17h54: «Nous sommes face à un individu extrêmement déterminé, qui se sent traqué et peut repassé à l'acte»
17h52: «Contrairement à ce qui a été dit, aucune piste n'est abandonnée»
17h52: «7.800 heures de vidéosurveillance restent à exploiter»
17h51: «Nous n'avons aucun élément sur l'immatriculation du scooter», prévient le procureur. C'est bien le même modèle dans les trois cas mais aucune certitude que ce soit le même, bien que cette hypothèse est très privilégiée.
17h50: Un certain nombre de similitudes entre les trois scènes de crimes: le même colt 45 de calibre 11.43, l'auteur est casqué, circule sur un scooter de grosse cylindrée, tire sur ses victimes à bout touchant.
17h48: Le premier militaire tué à Toulouse avait passé une annonce pour vendre sa moto. Les enquêteurs cherchent à «déterminer toutes les personnes qui ont consulté l'annonce».
17h46: Le procureur évoque «un trouble considérable et sans précédent à l'ordre public» et annonce qu'il se rendra à Toulouse demain
17h44: «Un crime raciste et antisémite peut aussi être terroriste», selon François Molins, procureur de la République de Paris en conférence de presse
17h31: Un témoin recherché
Un témoin a affirmé avoir assisté dans un train à une conversation étrange, selonLe Figaro. Une jeune femme semblait bouleversée en entendant ce que lui apprenait son interlocuteur, selon le site du quotidien. «Et maintenant, tu t'en prends à une école», aurait-elle répondu. Les bandes de vidéosurveillance sont étudiées pour retrouver cette jeune femme.
16h52: Nicolas Sarkozy présidera la cérémonie de Montauban
Le chef de l’État présidera mercredi à Montauban la cérémonie d’hommage aux trois militaires assassinés les 11 et 15 mars derniers.Il sera accompagné du Premier ministre François Fillon, du ministre de la Défense Gérard Longuet, du garde des Sceaux Michel Mercier, et du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant.
Il prononcera un éloge funèbre en leur mémoire au 17ème Régiment de Génie Parachutiste, puis, à l’issue de cette cérémonie, il s'entretiendra avec les familles des trois soldats décédés, puis avec la famille du soldat blessé. Nicolas Sarkozy se rendra ensuite à la préfecture de la Haute-Garonne pour un point sur l’enquête à huis clos.  
16h45: Les funérailles des quatre victimes auront lieu mercredi à Jérusalem
Les corps de Jonathan Sandler et de ses deux fils, Arieh et Gabriel, ainsi que celui de Myriam Monsonego doivent arriver en Israël vers 5h20 mercredi. Les funérailles commenceront à 9h au plus grand cimetière de Jérusalem, Har Hamenouhot (Mont du repos), dans le quartier de Givat Shaoul, à l'entrée de la ville.
16h35: Les enquêteurs ne privilégient plus la piste d'un néo-nazi
Parmi les différentes pistes envisagées, les enquêteurs notent l'apparente «connaissance parfaite» des armes du tueur, son «sang-froid», sa «détermination», et envisagent d'avoir a faire à «un militaire ou paramilitaire», ancien ou encore en service.
La piste de militaires aux opinions «plus ou moins néo-nazies», qui figurait« parmi d'autres hypothèses», n'a «pas été retenue» et «n'est plus privilégiée en l'état des investigations», selon une source policière.
16h32: La famille d'un des militaires assassinés se constitue partie civile
La famille d'Abel Chennouf, l'un des deux parachutistes assassiné à Montauban, s'est constituée partie civile auprès du parquet antiterroriste de Paris, a indiqué mardi son défenseur, Gilbert Collard. L'avocat a précisé que le jeune homme «d'origine kabyle» était «catholique pratiquant» et non de «confession musulmane» comme l'a indiqué lundi le président Nicolas Sarkozy. «C'est la raison pour laquelle une cérémonie est prévue mercredi en la cathédrale de Montauban», a dit Me Collard, qui représente également la famille de la compagne du caporal, qui était âgé de 25 ans. Le militaire sera inhumé jeudi à Manduel, dans le Gard, où aura lieu une marche blanche.
16h25: Pour BHL «nous sommes revenus aux périodes sombres de l'histoire»
Bernard Henri-Levy publie une tribune dans le quotidien isrélien Haaretz. «Quel que soit le lien établi avec les meurtres de soldats, la semaine dernière, à Toulouse et à Montauban, le fait demeure. Il est monstrueux. Français enfants, juifs et Français ou, si l'on préfère, souverainement Français, mais coupables d'avoir été né juifs, ont été froidement abattus, en plein jour, sur le territoire de la République. Nous sommes revenus aux périodes sombres de l'histoire». BHL s'en prend par ailleurs aux «pyromanes de la défense de l'identité nationale», qui viennent nourrir la haine.
16h22: Bayrou assistera à la cérémonie à Montauban mercredi
«En raison des évènements tragiques de ces derniers jours», François Bayrou a finalement décidé d'annuler son déplacement prévu à Colmar dans la matinée de mercredi pour assister à la cérémonie d'hommage aux trois parachutistes assassinés jeudi dernier à Montauban, indique un communiqué.
16h07: EasyJet reporte l'inauguration de sa base de Toulouse
La compagnie aérienne easyJet a annoncé qu'elle ajournait l'inauguration d'une base de province à Toulouse, prévue mercredi, en raison de la tuerie dans une école juive de cette ville. La compagnie s'associe «à la douleur des familles et des habitants de la ville de Toulouse».
16h05: Marche silencieuse dimanche de Montparnasse aux Invalides
Le Crif a confirmé dans un communiqué la tenue d'une marche silencieuse de Montparnasse aux Invalides en hommage aux victimes de l’école Ozar Hatorah à Toulouse ainsi qu’aux soldats tués à Montauban et de Toulouse, dimanche 25 mars à 15h.
16h01: L'avion transportant les corps des victimes a quitté Toulouse, selon BFM TV
L'avion transportant les dépouilles des quatre victimes s'est envolé vers 16h de Toulouse pour Paris, où les corps doivent entamer leur dernier voyage vers Israël pour y être inhumés. Les dépouilles sont à bord d'un Transall, et en route vers Roissy-Charles de Gaulle. Elles doivent y être exposées au pavillon d'honneur, puis transportées en Israël par un vol de la compagnie israélienne El Al, selon le ministère de l'Intérieur et une source aéroportuaire interrogés par l'AFP. Nicolas Sarkozy et François Fillon sont attendus à Roissy pour un hommage, à huis clos.
15h52: Le collège-lycée Ozar Hatora de Toulouse rouvrira demain, selon des responsables locaux de la communauté juive«Les enfants sont sous le choc mais ils ont besoin de se retrouver ici, de faire ensemble une catharsis de cette expérience terrible», selon Arié Bensemhoun, l'un des leaders de la communauté. «Nous allons retrouver le chemin de la vie. Cela sera difficile, douloureux, mais nous y parviendrons, même si le sang qui a coulé ne séchera pas.»
15h14: «Lorsqu'on touche à une communauté religieuse, c'est aussi à la France que l'on s'attaque»
Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, le martèle: «Nous sommes d'abord Français, juifs ou musulmans, attachés à ces valeurs, et lorsqu'on touche à une communauté religieuse, comme ça a été le cas à Toulouse au travers de son école, c'est aussi à la France que l'on s'attaque».
15h04: Minute de silence chez Petroplus avec Chérèque
Les salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, ont observé une minute de silence en mémoire des victimes des tueries de Toulouse et Montauban, en présence du secrétaire général de la CFDT, François Chérèque. Pour le secrétaire général de la CFDT, venu soutenir les salariés de cette raffinerie placée en redressement judiciaire, «des enfants ont été assassinés tout simplement parce qu'il étaient juifs, des soldats (...) parce qu'ils étaient d'origine maghrébine ou noire».
15h: Le président du CFCM met en garde contre toute récupération politique
«Bien que l'on soit dans une campagne électorale où certains peuvent être tentés d'instrumentaliser, je pense que ça serait honteux pour ceux qui empruntent ce chemin d'agir de la sorte», avertit le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui.
14h25: Les corps des victimes quittent Toulouse
Les dépouilles des quatre victimes ont quitté l'école de Toulouse où ils ont été veillés toute la nuit, afin d'entamer leur dernier voyage vers Israël où ils seront inhumés. Les deux corbillards noirs, dépourvus de tout ornement, sont sortis de l'école Ozar-Hatorah poussés par les hommes. Les corps devaient prendre la direction de l'aéroport pour être acheminés vers Paris. De là, un avion doit les transporter en Israël en vue de leur inhumation demain. Les familles ont souhaité les enterrer en Israël conformément à la tradition. 
14h20: Avigdor Lieberman critique les propos de Catherine Ashton
Le ministre des Affaires étrangères israélien a critiqué ce mardi matin le parallèle dressé par la chef de la diplomatie de l'UE entre la tuerie de Toulouse et les jeunes de Gaza. Catherine Ashton avait déclaré lundi: «Quand nous pensons à ce qui s'est passé aujourd'hui à Toulouse, quand nous nous souvenons de ce qui s'est passé en Norvège il y a un an, quand nous savons ce qui se passe en Syrie, quand nous voyons ce qui se passe à Gaza et dans différentes parties du monde, nous pensons aux jeunes et aux enfants qui perdent leur vie.»
«Les déclarations de Catherine Ashton ne sont pas appropriées et a exprimé l'espoir qu'elle allait les réexaminer et revenir sur ses propos», a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères citant Avigdor Lieberman, en déplacement en Chine.
«Le ministre a affirmé qu'Israël est le pays le plus moral du monde bien qu'ils soit contraint de lutter contre des terroristes qui agissent au milieu d'une population civile. L'armée israélienne fait tout pour éviter de porter atteinte à cette population bien qu'elle défende les terroristes», a ajouté le communiqué. «Les enfants pour lesquels Ashton devrait s'exprimer sont les enfants du sud d'Israël qui vivent dans la peur en raison des attaques de roquettes tirées à partir de la bande de Gaza», a ajouté le ministre selon le communiqué.
14h16: Medvedev bouleversé par un «crime cruel»
Le président russe Dmitri Medvedev a estimé dans un message de condoléances à son homologue français Nicolas Sarkozy que l'«acte barbare» perpétré lundi à Toulouse «confirme le bien-fondé du renforcement des efforts communs de lutte contre le terrorisme, dont la population civile est la première victime» «Je suis bouleversé par ce crime cruel dans une école de Toulouse», ajoute le président russe, qui demande de transmettre ses condoléances aux familles des victimes.
14h13: Une marche silencieuse à Paris dimanche
Les responsables des communautés juive et musulmane organiseront dimanche une marche silencieuse commune à Paris en mémoire des victimes de Toulouse et Montauban, a annoncé le président du Crif Richard Prasquier.
14h10: Alain Juppé accompagnera les familles des victimes en Israël
Le ministre des Affaires étrangères prendra place dans l'avion qui les conduira en Israël, et assistera aux funérailles des trois enfants et du rabbin tués lundi, a indiqué le Quai d'Orsay. Le départ du ministre des Affaires étrangères et des familles est prévu dans la soirée, a déclaré Bernard Valero, porte-parole du ministère.
14h07: Pour Nathalie Arthaud, les appels à une «union nationale» sont une «comédie»
La candidate de Lutte ouvrière (LO) à la présidentielle a qualifié de «comédie» les appels à une «union nationale» et à une suspension de la campagne. «Je n'ai absolument pas envie d'aller dans ce sens-là de l'union nationale, d'un temps suspendu, où nous serions tous ensemble, unis», a déclaré la candidate sur Radio Classique, tout en qualifiant de «barbares et horribles» les événements de Toulouse. «J'ai envie de dénoncer cette comédie de l'union nationale et je n'y jouerai pas», a-t-elle ajouté.
Dans un communiqué, Nathalie Arthaud a renchéri, considérant «indécente l'instrumentalisation politique de ces actes et en particulier les appels à l'union nationale».
14h05: Avis de recherche sur le scooter 
La police judiciaire a diffusé lundi à tous ses services un avis de recherche sur le scooter utilisé par le tueur à Toulouse et Montauban, en avertissant de la dangerosité potentielle de son utilisateur, a-t-on appris de source proche de l'enquête.
«Il y a lieu de rechercher» un «scooter T Max 530», de marque Yamaha, de couleur «gris foncé avec calandre et jantes noires», indique cet avis, qui précise l'immatriculation du deux-roues que la police connaît avec certitude depuis qu'elle en a entendu le propriétaire à qui il avait été volé le 6 mars. L'avis porte également la mention «attention, individu armé et dangereux».
14h: Conférence de presse du procureur de Paris à 17h30
Le procureur de la République de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse ce mardi après-midi à 17h30 sur «les affaires de Toulouse et Montauban survenues les 11, 15 et 19 mars», selon un communiqué du parquet.
13h58: «Rien» sur l'enquête pour l'instant mais une «obligation de résultat» pour Sarkozy 
Le président Nicolas Sarkozy a affirmé à propos de l'enquête sur la tuerie de Toulouse, qu'on avait «malheureusement rien, on a une obligation de résultat, c'est tout». Le chef de l'Etat s'exprimait à la sortie du collège parisien François Couperin, où il est venu respecter une minute de silence avec les élèves et leurs enseignants.
13h56: La PJ diffuse un avis de recherche sur le scooter
La police judiciaire a diffusé lundi à tous ses services un avis de recherche sur le scooter utilisé par le tueur à Toulouse et Montauban, en avertissant de la dangerosité potentielle de son utilisateur, a-t-on appris de source proche de l'enquête.
13h41: Les corps des quatre victimes vont être acheminés sur Paris avant d'être rapatriés à Jerusalem, où ils seront enterrés demain matin.
13h36: «J'ai de la haine»
Un proche de la famille de Jonathan Sandler, le professeur tué avec ses deux enfants, a exprimé sa colère en marge de la cérémonie de levée des corps. Sa nièce (épouse et mères des victimes) est «effondrée» et le jeune homme qui a tenté de faire du bouche-à-bouche à l'un des enfants est «détruit», a déclaré Marc Alloul à notre journaliste sur place. «J'ai de la haine», a-t-il affirmé avant de lancer un appel aux autorités: «Il faut l'arrêter», en référence au tueur.
13h05: Les ex-paras radiés pour néo-nazisme hors de cause
Les trois militaires français radiés de l'armée en 2008 pour activités néo-nazies ont été mis hors de cause dans les tueries perpétrées ces derniers jours à Toulouse et dans sa région, a-t-on appris de source policière. «Deux d'entre eux ont été entendus cette nuit par les enquêteurs et mis hors de cause.»
Le troisième avait été entendu la semaine dernière et déjà mis hors de cause après la fusillade qui a coûté la vie à trois soldats de leur ancien régiment, le 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban. «Les trois sont hors de cause», a ajouté la source.
13h02: «Ce serait déplacé de vouloir en faire une récupération», selon le MoDem
Interrogé lors d'un point presse sur le fait de savoir si ce drame changeait la donne pour le scrutin, Yann Wehrling, porte-parole du MoDem de François Bayrou, a répondu: «Je n'en sais rien du tout. Ce serait déplacé d'avoir un calcul politicien aujourd'hui sur ce qui s'est passé, déplacé de vouloir en faire une récupération, déplacé de chercher à penser à qui ça va profiter.» Avant d'ajouter: «Ce serait totalement indécent d'avoir ce genre de réflexion», soulignant qu'il était de «la responsabilité de tous et en premier lieu des responsables politiques» de «ne laisser passer aucun travers de langage».
12h58: SOS Racisme appelle à un rassemblement républicain dimanche à Paris
SOS Racisme appelle citoyens et candidats à la présidentielle à un «rassemblement républicain» dimanche à Paris pour exprimer le «dégoût de la haine raciste et antisémite», après les assassinats de Toulouse et Montauban.
12h53: Des renforts supplémentaires en Midi Pyrénées, dans le Lot-et-Garonne et l'Aude
Plus d'un millier de policiers et de gendarmes supplémentaires ont été déployés, en Midi Pyrénées, dans le Lot-et-Garonne et l'Aude, afin de garantir la sécurité après la tuerie de Toulouse, a annoncé le préfet de la zone de défense Sud Ouest, Patrick Stefanini, à l'AFP.
12h40: Appel à une prière particulière vendredi dans les mosquées françaises
Dans un communiqué commun, les recteurs de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et de la mosquée de la rue Myrha de Paris, Cheikh Mohamed-Salah Hamza, «appellent l'ensemble des musulmans à célébrer dans toutes les mosquées de France, vendredi 23 mars, à l'issue de la grande prière, une prière particulière (Prière de l'Absent) à la mémoire des trois soldats musulmans» tués à Montauban et Toulouse. «Par la même occasion, ils demandent aux musulmans d'avoir une pensée pour toutes les victimes de l'islamophobie, du racisme et de l'antisémitisme», ajoute le communiqué.
12h37: François Bayrou justifie la poursuite de sa campagne
Le candidat du MoDem a expliqué, après une minute de silence en hommage aux victimes de Toulouse: «Ce n'est pas avec une parenthèse de trois jours qu'on y mettra un terme (à l'intolérance). Je ne pense pas à ces évènements de façon électorale mais de façon nationale. Ce climat d'intolérance croissant, il faut y mettre un terme. C'est la responsabilité du président de la République et du futur président de la République de dire aujourd'hui: on ne peut pas continuer comme cela», a déclaré à la presse François Bayrou, en visite à Valence sur le thème de la santé.
12h35: Sarkozy assure Netanyahou de sa «totale détermination» à arrêter le tueur de Toulouse
Nicolas Sarkozy a assuré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou de sa «totale détermination» à interpeller l'auteur de la tuerie de Toulouse, qui a fait quatre morts de confession juive, dans un courrier rendu public ce mardi par l'Elysée.
12h20: Cécile Duflot critique la prise de parole de Sarkozy après la minute de silence
Le député socialiste de l'Ardèche, Olivier Dussopt, lui a emboîté le pas.
12h17: Elus et Toulousains réunis au Capitole
Elus de tous bords, membres du personnel municipal et Toulousains se sont réunis à 11h dans la cour intérieure du Capitole, siège de la mairie, observant une minute de silence comme dans les établissements scolaires du pays pour rendre hommage aux quatre morts dans une école juive de la Ville rose.
12h12: La cérémonie de levée des corps va commencer à Toulouse
Familles d'élèves et autorités juives locales viennent de rentrer dans un bâtiment de l'école pour la cérémonie, décrit l'envoyé spécial du Parisien.fr Adrien Godet. Un corbillard stationne devant.
12h10: La reconstitution du drame de Toulouse par Next Media Animation

11h55: Jean-Luc Mélenchon poursuit sa campagne
«Poursuivre la campagne, c'est un acte de résistance morale, intellectuelle et affective», selon le candidat du Front de Gauche à la présidentielle, qui se rend aujourd'hui en RER vers Massy, en banlieue sud, pour un déplacement sur les services publics.
11h51: «Les miasmes de l'antisémitisme sont toujours là», selon Guéant
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a affirmé la nécessité de se protéger contre un antisémitisme toujours présent en France, avant d'observer une minute de silence dans un école juive à la mémoire des victimes de la tuerie de lundi.
11h42: Sarkozy à Roissy ce soir pour un hommage aux victimes avant leur transfert vers Israël
Les corps des victimes vont être transportés en avion militaires de Toulouse à Roissy, les corps des victimes seront exposés au pavillon d'honneur de l'aéroport francilien, avant de décoller pour Israël à 23h50 dans un avion de la compagnie El Al. Nicolas Sarkozy se rendra à Roissy pour un hommage aux victimes.
 
11h40: Vigipirate «écarlate» dans le Lot-et-Garonne
La préfecture du Lot-et-Garonne a annoncé la mise en place du plan Vigipirate «écarlate» dans ce département limitrophe de la région Midi-Pyrénées, dans le cadre des mesures prises après la tuerie de Toulouse.
Le ministre de la Défense Gérard Longuet a par ailleurs donné des «instructions précises» à tous les chefs de corps de la région Midi-Pyrénées pour garantir la sécurité des militaires et sur l'application du plan Vigipirate.
11h37: A travers le monde, la tuerie de Toulouse fait la Une des journaux
Que ce soit en Suède, en Suisse, au Mexique, en Argentine, au Portugal, en Grande Bretagne, en Belgique, en Allemagne, au Canada, oua ux Etats-Unis, la photographie choisie pour illustrer le drame est la même, celle d'un père cachant le visage de son enfant, non loin de l'école de Toulouse, rapporte le site Arrêt sur images.
11h35: Hollande annonce qu'il ira aux obsèques des soldats à Montauban
François Hollande a annoncé qu'il serait le lendemain à Montauban, où ont lieu les obsèques des soldats assassinés. Le candidat a fait cette annonce à l'issue de la minute de silence décrétée après les meurtres de Toulouse et Montauban, à laquelle il s'est associé à l'école Jean-Jaurès du Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis. «Je serai à Montauban», a-t-il répondu à la presse qui l'interrogeait.
11h28: Cameron «scandalisé» par les fusillades «insensées» en France  
Le Premier ministre britannique David Cameron s'est dit «scandalisé» par les fusillades perpétrées dans la région de Toulouse, assurant dans un message au président Sarkozy de son soutien face à «ces actes insensés de brutalité». «La population britannique partage le choc et le deuil ressentis en France, et mes pensés vont aux victimes, leurs amis et leurs familles», a déclaré David Cameron dans ce courrier adressé lundi soir à Nicolas Sarkozy et que Downing Street a rendu public ce mardi.
11h25: Cérémonie à l'école primaire Gan Rachi 
Lors de la cérémonie à l'école primaire Gan Rachi de Toulouse, en présence de Gérard Longuet, Claude Guéant et Dominique Baudis, des psaumes ont été chantés puis une minute de silence observée. «Nos trois anges nous ont quittés», a dit Arie Bensemhoun, président de la communauté juive toulousaine, ajotuant que le jeune professeur tué lundi «avait choisi d'enseigner l'amour de son prochain».
L'assemblée s'est ensuite rendue au collège Ozar Hatorah pour la levée des corps. «Aujourd'hui, c'est le temps du recueillement. Demain, ce sera le temps des obsèques. Après-demain, nous demanderons des comptes», a commenté Arie Bensemhoun.
11h05: La tuerie de Toulouse, résultat de la politique de Sarkozy, selon un journal turc
«L'attaque contre les enfants juifs en France est le prix élevé à payer pour la politique d'ostracisme que le président Nicolas Sarkozy mène depuis des années» à l'égard des minorités, accuse le journal pro-gouvernemental turcToday's Zaman.
«La France vaut mieux qu'un président qui fait de son mieux pour bloquer l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne et qui voit dans les musulmans une menace sur la civilisation» occidentale, écrit l'éditorialiste Ergun Babahan. «La France doit considérer cette attaque sanglante contre des enfants juifs comme une alerte», poursuit le quotidien.
11h: Minute de silence dans les écoles de France en hommage aux victimes de Toulouse
L'Assemblée nationale et le Sénat observent également cette minute de silence à l'invitation des présidents de chaque chambre afin de les associer «à ce moment de deuil, de recueillement et d'hommage aux victimes».
Le Conseil de Paris a été suspendu pendant une heure, jusqu'à 11h30, afin que les élus se rendent dans les écoles de leur arrondissement. 
10h57: Nicolas Sarkozy observe une minute de silence au sein d'un collège parisien
Le chef de l'Etat est accompagné du ministre de l'Education Luc Chatel au collège-lycée François Couperin dans le IVe arrondissement, à quelques pas du Mémorial de la Shoah. Après une minute de silence au sein du collège François Couperin à Paris, Nicolas Sarkozy a pris la parole. «Ca s'est passé à Toulouse, dans une école confessionnelle (...), mais ça aurait pu se passer ici (...). Ces enfants sont exactement comme vous, des victimes pour rien, c'est très important de penser à ces enfants, à leurs familles, de réfléchir au monde tel qu'il est, tous ensemble».
10h51: Guéant à l'école Gan RachiLes enfants sont sortis des classes de l'école d'où venaient les plus jeunes victimes, l'école primaire privée Gan Rachi. Le ministre de l'Intérieur est arrivé sur place,e t la cérémonie d'hommage aux victimes va commencer.
10h39: Eva Joly suspend sa campagne
La candidate EELV à la présidentielle a décidé de suspendre sa campagne et annulé une visite prévue à Montreuil «en raison du drame toulousain», annonce son équipe dans un communiqué. «Les visites et la réunion publique de Montreuil sont donc annulées», selon le communiqué. L'élue écologiste devait se rendre au Centre hospitalier intercommunal (CHI) de cette ville de l'est parisien, avant un meeting dans la soirée.
10h20: Cérémonie funéraire mercredi à Montauban
La cérémonie funéraire des deux soldats assassinés à Montauban jeudi dernier aura lieu mercredi à 16h30 dans l'enceinte de la caserne, en présence du Président de la République, annonce un communiqué de l'UMP. «Nous invitons toutes celles et ceux qui souhaitent se joindre à ce dernier hommage à se rassembler assez tôt au monument aux morts central du Cours Foucault, afin d'organiser dans les meilleures conditions une haie d'honneur silencieuse et recueillie à l'extérieur», ajoute le texte.
10h: Un élève de l’école témoigne
Stéphane, 15 ans, élève du collège-lycée juif Ozar Hatorah raconte à Midi Librela matinée d'horreur qu'il a vécue lundi, caché avec des camarades et le rabbin qui officiait à la synagogue dans une cave sous le lycée. «On nous a dit que les gens se faisaient tuer et que ça tirait de tous les côtés. (...) On croyait qu’ils étaient plusieurs et qu’ils allaient nous abattre les uns après les autres.» Après la délivrance, il a été conduit au réfectoire où d’autres élèves et des enseignants ont été pris en charge par une cellule psychologique. «Certains ont vu mourir les enfants devant leurs yeux. D’autres ont porté les blessés.» 
9h52: La France a réagi de façon «admirable» à la tuerie de Toulouse, selo le Crif
La France a réagi de façon «admirable» à la tuerie de Toulouse, a déclaré le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier. «C'est un drame personnel épouvantable. Une famille déchiquetée, une communauté juive abasourdie, nous sommes tous sous le choc. Mais ce que je voudrais dire, c'est que j'ai vu dans notre pays une réaction nationale admirable», a déclaré Richard Prasquier sur France Inter. «C'est bon de se retrouver dans cette France-là et je crois que la France a en elle-même des forces qui lui permettent de réagir contre des comportements ignominieux, de quelque origine qu'ils soient.» 
9h40: La caméra était sanglée sur la poitrine du tueur
Claude Guéant a confirmé à notre journaliste sur place que, selon des témoins, le tireur avait une caméra sanglée sur la poitrine. Le fait qu'il puisse regarder les images capturées par la caméra ou les diffuser sur Internet conforte son profil psychologique «fluctuant», a ajouté le ministre. Pour l'heure aucune image n'a été diffusée sur le Web.
Claude Guéant a indiqué que le tueur était manifestement déterminé, et que 200 enquêteurs et policiers du renseignement travaillaient actuellement sur l'affaire.
9h35: Une cérémonie prévue à l'école Gan Rachi 
Une cérémonie doit avoir lieu ce mardi matin à l'école d'où venaient les plus jeunes victimes, l'école primaire privée Gan Rachi, en présence de Claude Guéant.
9h28: «La République est fragilisée», selon le président du Consistoire
Le président du Consistoire Central, Joël Mergui, a estimé ce mardi qu'avec la tuerie de Toulouse, «on est arrivé à l'irréparable» et que «la République est fragilisée».
9h20: Pour Jacques Cheminade, il faut interdire les jeux vidéos violents
Interviewé sur Canal+, le candidat à la présidentielle a estimé ce mardi matin que «très souvent les meurtres de masse sont associés à des jeux vidéo violents», et a proposé de les interdire.

9h17: Les corps des victimes seront rapatriés la nuit prochaine en Israël, indique le ConsistoireLes corps des quatre victimes franco-israéliennes ont été veillés toute la nuit comme le veut la tradition juive. Le professeur tué lundi était Israélien, et la quasi-totalité des élèves de l'établissement scoalire sont franco-israéliens. Les corps des victimes vont donc être rapatriés en Israël dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé le président du Consistoire central, Joël Mergui. Les dépouilles de Jonathan Sandler, 30 ans, de ses deux enfants Gabriel, 4 ans, et Arieh Sandler, 5 ans, et de la petite Myriam Monsonego, 7 ans, devaient être acheminées vers Paris, avant d'être transférées en Israël, précise le Consistoire. 
9h05: Guéant fait le tour de Toulouse
Après avoir passé la nuit au contact des équipes sur le terrain, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant fait encore ce mardi matin une tournée de vérification des dispositifs vigipirate de la ville de Toulouse, selon notre envoyé spécial sur place.
8h55: Pour Hollande l'heure est au rassemblement
Le candidat socialiste a souligné sur RMC que l'heure devait être au rassemblement. «Notre République est capable de se rassembler et de mettre ses valeurs au dessus de tout. Quel que soit l’auteur de cet acte, nous devons nous rassembler pour montrer qu’il n’y a pas de place pour le doute et la suspicion.» Les candidats à la présidentielle doivent montrer l'«exemplarité au sommet de l’Etat», selon François Hollande: «Rien ne peut être toléré ni la facilité, ni la vulgarité. On doit réfléchir à ce qui nous unit.» François Hollande va se rendre dans une école, dont il n'a pas voulu préciser le nom, pour respecter la minute de silence en hommage aux victimes.
8h48: Alain Juppé demande de ne pas ajouter «l'ignoble à l'horrible»
Le ministre des Affaires étrangères visait la déclaration de François Bayrou selon laquelle la tuerie de Toulouse s'enracine «dans l'état d'une société, et dans la société française ce type d'atteintes, d'actes se multiplient».
«Ce qu'il y a de bien dans la classe politique française c'est que, jusqu'à aujourd'hui, elle a réagi avec dignité et dans un esprit d'union nationale. Alors n'ajoutons pas l'ignoble à l'horrible, n'essayons pas de tirer parti dans un sens ou dans l'autre, dans quelque direction que ce soit, de ce drame qui n'a rien à voir avec la campagne électorale naturellement», a-t-il dit sur France 2.
8h40: Le tueur portait une petite caméra
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a confirmé sur Europe 1 l'information deSud Ouest indiquant qu'un témoin avait vu agir le tueur avec une «petite caméra autour du cou». Le ministre a décrit un «appareil de vue qui se place sur la poitrine (...) ajusté par des sangles». «Je ne sais pas s'il filme tout, mais cet appareil a été vu», a ajouté le ministre de l'Intérieur.
Quant à l'avancement de l'enquête, Claude Guéant a indiqué que les enquêteurs n'avaient pas identifié le tueur à scooter: «Nous ne savons pas aujourd'hui qui il est est. Pour l'instant, le travail continue. Nous ne sommes pas plus avancés que cela.» Claude Guéant a précisé que le tueur était un homme «d'une froideur extrême», «d'une grande cruauté», «déterminé» et «maître de lui».
8h37: «La République doit continuer à vivre», selon le maire de Toulouse
Pierre Cohen, maire (PS) de Toulouse, a appelé à rester «sereins le plus possible» car «la République doit continuer à vivre» en dépit des «actes odieux» comme ceux qui ont frappé sa ville. «Nous appelons à beaucoup de prudence, mais aussi à rester sereins le plus possible et continuer à vivre normalement car la République doit continuer à vivre et rester debout face à des actes odieux», a dit le député maire sur France Inter.
8h35: Le Raid en renfort à Toulouse
Vingt-cinq policiers du Raid (l'unité d'élite de la Police nationale) sont arrivés en renfort lundi soir à Toulouse, complétant le dispositif hors norme mis en place en Midi-Pyrénées pour arrêter l'homme à scooter, a-t-on indiqué mardi de source policière.
Lundi soir, Nicolas Sarkozy a annoncé le passage du plan Vigipirate au niveau «écarlate», son plus haut degré, en Midi-Pyrénées et dans deux départements limitrophes. Quatorze unités de CRS et de gendarmes mobiles sécuriseront la région tant que le tueur n'aurait pas été mis hors d'état de nuire, et «des gardes statiques» seront mises en place «devant tous les lieux de cultes juifs et musulmans, devant toutes les écoles confessionnelles», a indiqué le chef de l'Etat.
La ville de Toulouse a par ailleurs décidé de réarmer temporairement ses policiers municipaux pendant la journée, a indiqué l'adjoint au maire à la sécurité, Jean-Pierre Havrin.
8h17: Une minute de silence ce mardi matin à 11h dans les écoles
Toutes les écoles, collèges et lycées de France observeront une minute de silence ce mardi matin à 11h pour rendre hommage aux quatre victimes, dont trois enfants, tuées la veille dans une école juive de Toulouse, a annoncé ce mardi Luc Chatel. Le ministre de l'Education nationale se rendra à cette occasion dans un établissement scolaire d'Ile-de-France aux côtés du président de la République. Les enseignants auront toute liberté pédagogique pour organiser cette minute de silence et rendre compte des évènements à leur classe, a-t-il précisé sur RTL.
 B.D. et J.M.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...