lundi 19 mars 2012

Hôpitaux de l'AP-HP : Ils manquent de draps



SANTÉ


L'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris doit faire face à une véritable pénurie de linge tant pour ses patients que pour son personnel.
Le personnel de l'AP-HP manque de stock de linge
Le personnel de l'AP-HP manque de stock de linge SIPA/DURAND FLORENCE
La fin des blouses blanches ? Le plus grand organisme hospitalier de France manque de linge. Les syndicats de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris tirent en effet la sonnette d'alarme : ils n'ont pas suffisamment de draps et de blouses pour faire tourner correctement leurs établissements. « La direction fait des économies sur tout. Il n'y a pas de linge. C'est la grande misère », a en effet déploré Marie-Christine Fararik, la secrétaire générale de SUD-Santé à l'AP-HP, dans un entretien accordé au Parisien. Et alors que les vols ont notamment été avancés pour justifier cette pénurie, elle a déclaré : « on nous parle de vols mais cela est marginal. Depuis des années, l'AP-HP n'a pas investi. Or, le linge s'abîme vite. Trop usés, les draps partent à la poubelle ».
Cliquez ici !
Jean-Charles Grupeli, le directeur du service central des blanchisseries a, quant à lui, assuré au quotidien que la direction avait traité le problème en augmentant les approvisionnement de 132%, en janvier-février de cette année. « Mais le temps qu'on achète le linge et qu'on remette à flot les inventaires, la situation ne devrait pas être normalisée avant la fin du semestre », a-t-il cependant reconnu.

Ils sont dans de beaux draps

Conséquence directe de cette pénurie de linge : les patients sont parfois contraints d'apporter leurs propres draps s'ils veulent être certains de dormir dans du linge propre. Interrogée des journalistes de RMC, des infirmières de l'hôpital Mondor de Créteil ont expliqué mettre parfois « un petit carré de protection pour cacher les tâches », faute de pouvoir changer les draps des malades.
« Quant vous avez un patient complètement alité, par exemple : il y a quelques années on faisait un change complet (drap, alèze, taie, d'oreiller). Aujourd'hui on y réfléchit à deux fois », a de son côté regretté Jean-Marc Devauchelle, aide-soignant et secrétaire adjoint du syndicat Sud Santé du même établissement. Et d'ajouter : « On revient aux pratiques perdues à une certaine époque : quant on a un peu de matériel, on essaie de mettre 4 ou 5 draps de côté, 3 ou 4 alèzes, des taies d'oreillers. Et les jours fériés, il faut espérer en avoir en stock sur les étagères ».

Fair-play financier: Pas de «passe-droits» pour le PSG selon Michel Platini



2 contributions
Créé le 19/03/2012 à 12h14 -- Mis à jour le 19/03/2012 à 12h50

FOOTBALL - Le président de l'UEFA n'a pas l'intention de changer de programme à la tête de l'instance européenne...

Michel Platini, président de l'UEFA, se dit prêt dans un entretien exclusif à l'AFP à prendre des mesures impopulaires, comme l'exclusion des compétitions européennes, afin d'amener les clubs à respecter l'équilibre financier, «sinon le foot va périr». Dans le cadre du fair-play financier - ne pas dépenser plus qu'on ne gagne - les premières sanctions pourraient tomber à partir de 2014-15. Tous les clubs seront soumis au même régime, y compris le Paris SG, détenu par de richissimes qatariotes.
Vous aviez tiré un signal d'alarme en août sur les finances des clubs...
Et les pertes ont augmenté! Il n'y a pas un manque d'argent: les clubs n'ont jamais dépensé autant. Mais c'est une mauvaise gestion, il va falloir mettre des règles de gestion. Avec le fair-play financier, on a anticipé. On va continuer, on ne reviendra pas en arrière. Il y a des gouvernements qui doivent serrer la ceinture à leur pays et qui ne sont pas populaires. On ne sera peut-être pas populaires, mais on est obligés, sinon le foot va périr".
Comment un club comme le Paris SG, qui dépense plus qu'il ne gagne mais dispose d'investisseurs aux ressources immenses, sera-t-il traité?
Ce club sera sous le contrôle du fair-play financier, comme tous les autres. Les dirigeants connaissent les règles. Jean-Claude Blanc (directeur général du PSG), avec qui on avait discuté au début quand il était dans la direction de la Juventus, est un peu à l'initiative du fair-play financier. Ce n'est pas parce que je suis Français, ami du PSG et des Qataris (il a voté pour le Mondial-2022 au Qatar) qu'il y aura des passe-droits. Je pense qu'on ne connaît pas encore leur budget, ils viendront le présenter. Il faut regarder, s'adapter, ce n'est pas simple, chaque club a sa propre histoire, ses propres faits. Mais il faut rester fidèle à une philosophie entérinée par l'UEFA et on la respectera. Et les dirigeants du PSG la respecteront aussi, sinon ils ne joueront pas dans nos compétitions ou ils auront d'autres problèmes, mais ça je ne sais pas du tout. Ce qui est marrant c'est tous les mécènes, les propriétaires, les Berlusconi (AC Milan), Moratti (Inter Milan), nous demandent de faire dès règles pour ne plus mettre autant d'argent dans leurs clubs et les Qataris voudraient eux nous demander de ne pas faire des règles, pour, eux, pouvoir mettre de l'argent. Mais, bon, le PSG fait partie des clubs qui ont accepté d'être testés actuellement sous nos critères.
A quels types de sanctions s'exposent les contrevenants?
Il y a un éventail de sanctions, qui est à l'étude, ça va de l'amende à l'exclusion des compétitions, mais ça peut être aussi des sanctions en terme de recrutement, sur la possibilité d'aligner des joueurs. La finalité n'est pas de les tuer. Il s'agit de mettre des règles. Ce qui touche le PSG, ce n'est pas la même chose -à part Manchester City (détenu par un investisseur des Emirats arabes unis)- que ce qui touche les autres clubs. Mais ça ne se fera pas à la tête du client et il n'y aura pas de passe-droits. Et on ne reviendra pas en arrière.

Un Tournoi entre ombres et lumières



Six Nations Galles - France Sam Warburton Trophée
Le Gallois Sam Warburton embrasse le trophée synonyme de Grand Chelem dans ce tournoi 2012
© AFP - Franck Fife
Publié le 19/03/2012 à 13:30 -Par Grégory Jouin

De la cuillère de bois écossaise au Grand Chelem gallois, de la résurrection anglaise aux déceptions irlandaises et françaises, retour sur une édition 2012 tout en contrastes, qui a placé sous les projecteurs une nouvelle génération de joueurs et mis sur la touche quelques stars à l'automne de leur carrière. La Coupe du monde 2011 est déjà très loin.

La belle jeunesse galloise

Le Pays de Galles peut s'enorgueillir de sortir régulièrement des joueurs d'une vingtaine d'années parés d'entrée pour le plus haut niveau. Des attaquants puissants et techniques comme les ailiers North et Cuthbert, un arrière buteur hors pair doté de jambes de feu (le bien nommé Halfpenny), et une troisième ligne extraordinaire de présence qui a étouffé toutes les charnières adverses (Lydiate, Faletau, Warburton, et Tipuric quand le capitaine était blessé). La confiance née de la Coupe du monde (demi-finale perdue 9-8 contre la France) s'est accrue et ce n'est pas un hasard si les Diables Rouges ont souvent fait la différence en seconde période voire dans le money time (à Dublin et Twickenham). Beaucoup de ces formidables joueurs ont moins de 25 ans et ils seront dans la force de l'âge pour le Mondial 2015. L'avenir s'annonce radieux dans la Principauté.

Le renouveau anglais

L'Angleterre a très bien rebondi après son échec néo-zélandais (défaite en quart contre la France). Quatre victoires en cinq matches –dont trois sur trois à l'extérieur- pour le nouveau XV de la Rose façonné par Suart Lancaster, ce n'était pas forcément prévu. Surtout, après un début de compétition moyen (victoires pas convaincantes voire même heureuses en Ecosse et en Italie), les Anglais sont montés en puissance, craquant à la fin contre Galles (12-19) avant de s'imposer en France (24-22) puis de laminer l'Irlande (30-9). Et la relève, incarnée par Tuilagi, Morgan ou Farrell, ouvreur de classe mondiale, promet une montée en puissance dans les prochaines années. Avec cette équipe recomposée, les fans des All Whites peuvent y croire.

L'Irlande rentre dans le rang

Privée de sa star Brian O'Driscoll et obligée de faire ponctuellement sans O'Connell ni O'Brien, deux piliers de l'équipe, les Irlandais ont évolué sur courant alternatif lors de ce Tournoi 2012. Très prêts de battre le pays de Galles pour l'entame de la compétition (défaite 23-21 dans les ultimes minutes), les Verts ont également failli réaliser l'exploit au Stade de France (17-17). Ils terminent néanmoins sur une large défaite à Twickenham qui laisse à penser que les Celtes doivent renouveler leurs cadres de la dernière décennie. Hormis O'Callaghan, Ferris et Kearney, combien d'Irlandais ont vraiment assuré ? La tournée en Nouvelle-Zélande de juin s'annonce très compliquée pour la Verte Erin.

Football : Fabrice Muamba dans un état "stable mais critique"



Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 
Abonnez-vous
15 € / mois
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin
Le footballeur de Bolton Fabrice Muamba, victime samedi d'un arrêt cardiaque sur le terrain lors d'un match de Coupe d'Angleterre contre Tottenham, était dans un état "stable mais critique", selon un communiqué diffusé lundi par l'hôpital où il a été conduit.
Selon le texte publié au nom de Bolton et du London Chest Hospital "Fabrice Muamba est dans un état stable mais critique dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital". "La famille est reconnaissante aux medias decontinuer à respecter son intimité".
Le jeune Anglais d'origine congolaise, âgé de 23 ans, s'était soudainement effondré sur le pelouse de White Hart Lane, peu avant la mi-temps, alors qu'aucun autre joueur n'était à proximité de lui. Les secouristes, accourus immédiatement, ont pratiqué une longue séance de réanimation sur la pelouse, puis lors du trajet vers l'hôpital. Son coeur avait recommencé à battre de façon autonome à l'arrivée à l'hôpital. Alors que Muamba continue à se battre pour rester en vie, des experts ont souligné qu'une amélioration éventuelle de son état dépendra du degré de privation d'oxygène de son cerveau.
Une consultante en cardiologie de l'hôpital St Mary de LondresAmanda Varvana, a appelé la Grande-Bretagne à suivre l'exemple de l'Italie et à détecter les problèmes cardiaques génétiques de tous les jeunes sportifs. Sanjay Sharma, professeur de cardiologie à l'hôpital St-Georges de Londres, a affirmé au Timesque les joueurs subissaient un contrôle de leur coeur à l'âge de 16 ans mais que les clubs ne faisaient pas tous ensuite un suivi régulier.

Federer peut-il redevenir n°1 mondial ?



Par Victor Dhollande-Monnier
Publié le 19 mars 2012 à 13h06Mis à jour le 19 mars 2012 à 13h25
     
  •  
Roger Federer a remporté son quatrième titre à Indian Wells. © REUTERS
TENNIS - Après son succès à Indian Wells, le Suisse est bien l'homme de ce début d'année.
L'homme aux 16 titres du Grand Chelem n'est pas fini. Dimanche soir dans le désert californien, Roger Federer a prouvé au monde du tennis qu'il faudrait encore compter sur lui. En battant John Isner en finale du Masters 1.000 d'Indian Wells (7-6, 6-3), le Suisse s'est adjugé le 73e titre de sa carrière. Inarrêtable en ce début d'année, peut-il revenir au sommet de la hiérarchie mondiale ?
Un début d'année incroyable. Dimanche, "Roger" a gagné son troisième trophée consécutif de la saison, après Rotterdam, Dubaï. Sur 41 matches disputés depuis le mois de janvier, Federer s'est imposé à… 39 reprises. Avec deux défaites seulement (contre Nadal en demi-finale à l'Open d'Australie et contre Isner en Coupe Davis), c'est bien lui le "boss" en 2012. Mais cette belle attitude n'est pas nouvelle selon lui : "je pense en fait que je joue extrêmement bien depuis Roland-Garros mais les gens pensent parfois que parce que je n'ai pas gagné le tournoi, je n'y ai pas bien joué". Une sacrée réussite après une année 2011 compliquée. C'était la première fois depuis huit ans qu'il n'avait pas réussi à gagner un seul titre du Grand Chelem.
Son meilleur tennis ? Un service de feu durant tout le tournoi (7 aces, 94% de points gagnés sur première balle en finale), un revers claqué comme à ses débuts, des passings en pagaille et quasiment pas de déchet dans son jeu. Et comme à chaque fois où Federer remporte un nouveau tournoi, une question revient inlassablement : joue-t-il actuellement son meilleur tennis ? "Je ne sais pas", a répondu le "maître" après la finale, toujours très réaliste sur ses capacités. "Je pense que je joue extrêmement bien mais est-ce que c'est le meilleur tennis de ma vie ? Je ne le saurai jamais. Personne ne le saura jamais".
Toujours au top à 30 ans. Quand un sportif professionnel dépasse la barre fatidique de la trentaine, les spécialistes le voient déjà comme un préretraité. Alors "Rogeur", on est fini à 30 ans ? "Certains ne comprennent pas qu'on puisse encore jouer au tennis à 30 ans", a-t-il répondu en conférence de presse. "Je trouve ça choquant parce qu'à cet âge-là, tu es normalement assez encore assez jeune pour jouer aussi bien qu'avant. C'est ce que je prouve depuis que j'ai eu 30 ans en août car c'est à peu près à ce moment-là que ma série a commencé".
La concurrence faiblit. S'il a perdu contre Rafael Nadal en demi-finale de l'Open d'Australie en quatre manches (6-7, 6-2, 7-6, 6-4), il s'est ensuite bien rattrapé contre son meilleur ennemi en lui infligeant une véritable leçon de tennis samedi en demi-finale (6-3, 6-4). Mais surtout, l'Espagnol n'a pas encore remporté le moindre tournoi en 2012. De son côté, Novak Djokovic s'est adjugé l'Open d'Australie, plus rien depuis. Attention au retour de "Roger"…

Lana Del Rey : "Blue jeans" un clip très humide



LE LIVE DU JOUR


"Blue Jeans", le nouveau clip de Lana Del Rey, est sorti ce lundi. Tourné en noir et blanc, le clip est chaud et très humide. La chanteuse, elle, toujours aussi sensuelle et envoûtante.
Lana Del Rey vient de sortir son nouveau clip ce lundi "Blue Jeans"
Lana Del Rey vient de sortir son nouveau clip ce lundi "Blue Jeans" DR
A l'heure où Laure Manaudou signait ce lundi matin son meilleur chrono de la saison sur 100 m dos, dans le grand bassin de Dunkerque (lors des Championnats de France), Lana Del Rey, elle, prenait tout le monde de vitesse en diffusant, avec quelques longueurs d'avance, son nouveau clip :Blue Jeans. Un clip tourné en noir et blanc, très aquatique et très humide, forcément. Toujours plus sensuelle et envoûtante, la chanteuse américaine de 25 ans, qui sera aux Eurockéennes de Belfort le 29 juin, nous plonge dans l'âge d'or hollywoodien, où règnent calme et volupté.

Un air de Marylin...
Lana Del Rey, de son vrai nom Elizabeth Grant, n'hésite d'ailleurs pas à se mouiller dans cette vidéo signée par le génie français Yoann Lemoine alias Woodkid, qui avait déjà réalisé avec talent la somptueuse vidéo pour Born to Die. Dans un maillot de bain une pièce d'un blanc immaculé, la New Yorkaise plonge dans une piscine d'un hôtel luxueux et on pense de suite forcément à Marilyn Monroe se prélassant au bord de la piscine du Château-Marmont à Los Angeles.

145.000 exemplaires déjà vendus

Si Lana est glamour, le mannequin tatoué de la tête aux pieds présent à ses côtés dans le clip, lui, incarne à la perfection le bad boy. Entre eux, les baisers sont d'abord enflammés puis le couple finit par s'enfoncer dans l'eau de la piscine, devenue de plus en plus obscure... Depuis la sortie de Born To Die le 30 janvier dernier, son disque s'est vendu, en France, à plus de 145 000 exemplaires (cd et téléchargement compris), en même pas deux mois.Blue Jeans, son nouveau clip, va à coup sûr faire couler...beaucoup d'encre.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...