mercredi 25 janvier 2012

après que… pfiuuu…


Un internaute sourcilleux a adressé ce mail à la rédaction, lui demandant une correction dans un article ; nous le citons :
"après que de nouvelles fissures ont été constatées". Non : AIENT été constatées. Merci pour le français. Pfiuuu...
Cette dernière interjection exprime-t-elle la lassitude, le dédain, que savons-nous encore ? Consultant les dictionnaires pour la première fois sur cette interjection, nous avons pu constater qu'elle avait de multiples orthographes : pff(t) ou pfut pour le Robert, pffpfft ou pfut pour le Larousse, mais notre correspondant si à cheval sur le bon usage n'en a utilisé aucune !
Nous sommes, en outre, au regret de lui répondre qu'"après que" appelle l'indicatif, en toute logique syntaxique, puisque aucun doute n'existe sur le fait énoncé, qui appartient déjà au passé.
Néanmoins, sa réclamation n'est pas si déraisonnable, car elle correspond à une "tendance lourde" qui est d'utiliser le subjonctif après... "après que" (peut-être par analogie avec "avant que"), tendance si lourde qu'elle est sans doute en train de s'imposer. D'où la véhémence de notre interlocuteur.
Nous sommes encore dans la période de transition : le nouveau n'a pas encore totalement chassé l'ancien. Monsieur Pfiuuu, patience, vous allez plus vite que la musique.


LIENS UTILES POUR TÉLÉCHARGER DES LOGICIELS GRATUITEMENT

---

Un nouveau pass Navigo conçu par Philippe Starck en 2013


LEMONDE.FR | 24.01.12 | 22h02   •  Mis à jour le 24.01.12 | 22h02
Une nouvelle carte de transport Navigo sera conçue, bénévolement, par le designer Philippe Starck, a annoncé, mardi, Jean-Paul Huchon, président du STIF, l'autorité régulatrice des transports en Ile-de-France.
Une nouvelle carte de transport Navigo sera conçue, bénévolement, par le designer Philippe Starck, a annoncé, mardi, Jean-Paul Huchon, président du STIF, l'autorité régulatrice des transports en Ile-de-France.SIPA

Une nouvelle carte de transport Navigo sera conçue, bénévolement, par le designer Philippe Starck, a annoncé, mardi 24 janvier, Jean-Paul Huchon, président du STIF, l'autorité régulatrice des transports en Ile-de-France.

Cette nouvelle carte mi-parme mi-argent sera "aussi une évolution technologique qui permettra le développement de nouveaux services pour le voyageur", a expliqué le président de la région Ile-de-France. La nouvelle carte pourra êtredétectée par tous les lecteurs sans contact qui commencent à se multiplier et elle pourra par exemple être rechargée au moyen d'un téléphone portable NFC (new field communication)". Le STIF souligne que la participation du designer est à titregracieuse. Quant à l'aspect "épuré" de la carte, il est destiné à lui permettre dedurer.
HAUSSE DE 1,5 % DES TARIFS
La réforme globale des tarifs de transports, adoptée par les élus franciliens, prévoit la suppression des cinq zones actuelles que compte l'Ile-de-France et l'instauration d'un pass Navigo à tarif unique pour toute l'IDF au 1er janvier 2013, au tarif le plus abordable. Après l'augmentation de 1,5 % des tarifs de transport en Ile-de-France, le coût actuel d'un pass Navigo est de 62,90 euros.
Le STIF a expliqué que cette augmentation, entrée en vigueur le 1er janvier, était une façon de répercuter la hausse de 5,5 % à 7 % de la TVA réduite prévue dans le second plan de rigueur du gouvernement. Début janvier, M. Huchon a souligné qu'il n'était pas en mesure de "dire de combien sera la hausse de juillet" qui est traditionnelle. Cela dépendra de trois variables, a-t-il ajouté : "Est-ce que le STIF pourra percevoir un complément de versement transport (VT) ?", qui est la contribution des entreprises au budget du STIF ; quelle sera l'évolution des recettes du VT en période de "croissance plate", et comment vont se conclure les négociations actuellement en cours avec la SNCF et la RATP ? Toutefois, a-t-il précisé, une hausse de 2,5 % de la carte Imagin'air, réservée aux scolaires et aux étudiants, est déjà prévue.
Valérie Pécresse, chef de file UMP en Ile-de-France, a dénoncé en début d'année"le détournement des taxes affectées à la région pour l'amélioration des transports au financement du nouveau tarif pass Navigo". Elle souligne que "pour 60 % des Franciliens, le prix du pass sera augmenté de 40 %".


LIENS UTILES POUR TÉLÉCHARGER DES LOGICIELS GRATUITEMENT

Un motard escortant Nadine Morano a violemment percuté un piéton


Les faits, révélés en bas de la page 4 du Canard enchaîné daté mercredi 25 janvier, ont eu lieu vendredi dans les rues du 14e arrondissement de Paris. Alors qu'il roulait à contre-sens, un motard de la préfecture de police escortant le convoi de la ministre de l'apprentissage, Nadine Morano, a renversé un jeune homme de 25 ans, toujours à l'hôpital.

Le piéton, qui a souffert d'un "traumatisme crânien", selon Le Parisien, a été évacué "dans le coma" et admis "dans un état sérieux" à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière. "Mais il semble bien que sa vie ne soit plus en danger. Son état s'est amélioré"a expliqué, lundi, une source citée par Le Parisien.
VERS L'AÉROPORT DE VILLACOUBLAY
Mme Morano n'a pas réagi à cette information dans l'immédiat. Selon Le Parisien,"vendredi vers 8 h 30, alors qu'un convoi encadré par une escorte judiciaire se dirigeait, sirène et gyrophare en marche, vers le sud de la capitale, l'homme a traversé l'avenue en courant et a été percuté par un des motards de la police".
Le convoi se composait "d'une voiture berline Renault escortée par deux motards de la police, et se dirigeait vers la porte d'Orléans". Il se rendait à l'aéroport militaire de Villacoublay pour rallier Toul, fief de Mme Morano.
Le motard ayant percuté le piéton, un policier de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police s'est porté immédiatement à son secours. Une enquête a été confiée au service du traitement judiciaire des accidents (STJA), selon Le Canard enchaîné.


LIENS UTILES POUR TÉLÉCHARGER DES LOGICIELS GRATUITEMENT

Dépôts de plutonium : amende requise contre le CEA de Cadarache


Un exercice de simulation de séisme impliquant un risque nucléaire a été réalisé le 17 janvier sur le centre nucléaire de Cadarache.

Un exercice de simulation de séisme impliquant un risque nucléaire a été réalisé le 17 janvier sur le centre nucléaire de Cadarache.Hélène Sallon

Une amende de 40 000 euros a été requise mercredi 25 janvier contre le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) qui comparaissait devant le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence pour "non-déclaration immédiate" d'un incident survenu sur le centre nucléaire de Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône, classé au niveau 2.

L'audience a donné lieu à un "bras de fer" entre le CEA et l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), avec pour enjeu "la transparence", essentielle en la matière, selon l'avocat des parties civiles (les associations Sortir du nucléaire et Environnement Méditerranée).
Au cœur du dossier, très médiatisé à l'époque, une importante sous-estimation des stocks de plutonium présents dans l'atelier de technologie du plutonium. De 1964 à 2003, cet atelier avait pour fonction de produire, à partir de poudres d'oxyde d'uranium et de plutonium, du combustible Mox destiné à alimenter certaines centrales nucléaires.
SOUS-ESTIMATION DES STOCKS
"Tout au long de ses quarante années d'existence, 50 tonnes de matières fossiles sont passées dans l'installation", a précisé à l'audience Denis Lallemand, représentant du CEA. Au fil du temps, des dépôts se sont dissimulés dans les interstices des "boîtes à gants", enceintes étanches permettant de manipuler de la matière radioactive sans risque de contamination. Or ces matières "ne sont accessibles que lorsqu'on commence à démonter", explique M. Lallemand.
Peu après le lancement des opérations de démantèlement, le CEA établit donc un premier inventaire : le 17 juin 2009, 14 kg de plutonium sont extraits des boîtes à gants, soit déjà beaucoup plus que l'estimation faite informatiquement pour l'ensemble de l'atelier (8 kg). Toutefois, à cette date "la quantité de matières est conforme aux limites autorisées", selon l'exploitant. Ce n'est que lors du "panorama complet", dressé en octobre, que le chiffre de 39 kg apparaît, amenant le CEA àinformer l'ASN, tout en niant tout "risque grave".
L'article 54 de la loi "Transparence et sécurité nucléaire" du 13 juin 2006 stipule qu'en cas d'incident risquant d'avoir des conséquences notables sur la sûreté de l'installation, l'exploitant "est tenu de le déclarer sans délai" à l'ASN et au préfet. Une fois alertée, l'ASN avait d'ailleurs suspendu immédiatement les opérations de démantèlement, qui ont pu reprendre depuis, "progressivement et partiellement". L'incident avait été classé au niveau 2 de l'échelle Ines (qui en compte 7) et dans la foulée, le parquet, saisi du procès-verbal, avait ouvert une enquête.


LIENS UTILES POUR TÉLÉCHARGER DES LOGICIELS GRATUITEMENT

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...