mercredi 15 août 2012

Une chercheuse refuse la Légion d’honneur


Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l’Inserm, a annoncé dans une lettre rendue publique samedi 4 août, qu’elle refusait la Légion d’honneur décernée par la ministre du Logement Cécile Duflot. Spécialiste des cancers professionnels, la chercheuse entend ainsi dénoncer l'« indifférence » qui touche la santé au travail et demande « la remise en cause de l’impunité qui, jusqu’à ce jour, protège les responsables de crimes industriels ».
Dans cette lettre datée du 31 juillet et adressée à la ministre, la présidente de l’association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) déplore que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les questions environnementales. La chercheuse, qui estime que sa carrière a été « bloquée pendant dix ans » , plaide pour qu’enfin la recherche sur l’exposition aux cancérogènes au travail soit dotée des moyens financiers publics nécessaires et que les jeunes chercheurs qui s’y adonnent cessent d’être maintenus dans un statut précaire.
« Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail (…), le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l’accumulation des impasses environnementales, en matière d’amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques » , explique Annie Thébaud-Mony. Assurant qu’elle ne fait pas « ce geste contre Mme Duflot » , elle souhaite ainsi lancer « un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité ».

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...