vendredi 10 août 2012

Pourquoi les radars rapportent autant


Cette année, les dispositifs de contrôle automatisés pourraient rapporter 700 millions d'euros, un record. Il faut dire qu'ils sont plus nombreux et bien plus efficaces.

REUTERS/Regis Duvignau
Les radars routiers rapportent toujours plus. En 2011, ils avaient généré un montant record de 639 millions d'euros. Cette année, leurs recettes pourraient atteindre entre 675 et 700 millions d'euros, selon l'ANTAI. L'Expansion revient sur les raisons de cette hausse.
Des radars plus nombreux
C'est la principale raison de la flambée des recettes. Les radars sont de plus en plus nombreux sur les routes. "Ils étaient 3.700 fin 2011 et seront 4.100 fin 2012", explique le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, interrogé par l'AFP. Le parc de radars s'est donc étoffé de 10,8% en un an. Selon Les Echos, le gouvernement va désormais faire une pause et privilégier le remplacement des radars existants par des radars plus modernes (dont les prix oscillent entre 70.000 et 110.000 euros l'unité). Cependant, à terme, le parc risque de s'étendre encore. L'objectif fixé en 2009 par le comité interministériel de sécurité routière était de parvenir à un parc installé de 4.500 radars et autres dispositifs de contrôle automatisés. Par ailleurs, en matière de sécurité, l'objectif était en 2009 de passer en dessous de la barre des 3 000 tués en 2012. Or nous en sommes encore aux alentours de 4000. Du coup, certaines sourcesévoquent, à terme, un parc de 5000 radars.
Des radars plus efficaces
En 2008, le nombre de flashs inexploitables s'est en effet élevé à 3 millions d'unités pour les radars fixes, sur un total de 10,6 millions, et à 1,75 million pour les radars embarqués sur un total de 6,55 millions. Soit un taux "d'erreur" d'environ 30%. Mais avec les radars récents, il y a moins de déchets, assure Pierre-Henry Brandet. Désormais, les photos sont plus nettes. Les radars commencent aussi à faire la différence entre un poids lourd et une automobile, ce qui permet de sanctionner les premiers lorsqu'ils roulent à la même vitesse qu'un véhicule léger sur une zone où cela est interdit. Selon Les Echos, quelque 90 radars discriminants (distinguant les poids lourds) sont en fonctionnement. On compte aussi quatre radars mesurant la vitesse moyenne sur un parcours, et donc pas seulement la vitesse au moment où le véhicule passe devant le radar. Enfin, des radars embarqués sont à l'étude. Installés dans des voitures banalisées, ils pourront prendre les fraudeurs en toute discrétion sur la route, et cela dans les deux sens de circulation.
De nouvelles méthodes
Depuis quelques mois, le nombre de radars installés aux feux rouge est en forte augmentation. Ces derniers ne mesurent pas la vitesse, mais ils permettent de voir si un véhicule franchit un feu au mauvais moment. Et ça marche: en 2010, il y a avait 430 radars de ce type déployés pour 700.000 infractions constatées. En 2011, les 630 radars installés ont enregistré 1,3 million d'infractions. Enfin, la loi elle aussi évolue: il est désormais possible de poursuivre les conducteurs belges pour les infractions commises en France. C'était déjà le cas pour les conducteurs suisses et luxembourgeois. Cependant, certains conducteurs étrangers - allemands par exemple - échappent encore aux contraventions.
Une vitesse plus élevée sur les routes ?
En guise d'explication, outre l'extension du parc des radars, un expert interrogé par Les Echos avance un "relâchement des automobilistes et une légère augmentation de la vitesse moyenne". Il note une augmentation de "20% en avis de contravention pour excès de vitesse depuis le début de l'année". Mais il est difficile de savoir si ce chiffre est significatif. Le comportement des Français au volant ne semble pas avoir changé, note Pierre-Henry Brandet. Ce qui laisse penser que le nombre grandissant de radars est bien l'explication principale de la flambée des recettes. Pierre-Henry Brandet ajoute : les radars sont tout sauf une pompe à fric. Certes, ils rapportent désormais près de 700 millions d'euros par an. Mais ce n'est rien par rapport au coût annuel de l'insécurité routière (interventions des secours, réparations, soins, assurance) qui s'élèverait à 24 milliards d'euros.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...