samedi 4 août 2012

De Paris à Séoul, les amoureux s’accrochent aux cadenas d’amour


Une légende ancienne raconte que c’est à Cologne, en Allemagne, que tout a commencé.
Une légende ancienne raconte que c’est à Cologne, en Allemagne, que tout a commencé.
Anne Bernas/ RFI


« Pour la vie », « Je t’aime à la folie »,  « Je t'aime à mourir », il y en a des milliers comme cela. On les appelle les lovelocks, les cadenas d'amour. Ils envahissent les parapets des ponts des grandes villes du monde. Chaque cadenas accroché est un vœu pour l’amour eternel. Le phénomène, qui ne date pas d’hier, prend de plus en plus d’ampleur en cette période estivale riche en touristes, qui ne rateraient pour rien au monde une escapade vers Cupidon.

Nul ne connaît l’origine du phénomène qui attrape les cœurs des amoureux dans les grandes villes du monde. Partout où un accrochage est possible, des murs grillagés des espaces publics aux passerelles de voies ferrées en passant par les ponts, des cadenas sont attachés et fermés à double tour. Il est d’usage de jeter la clé, par exemple dans l’eau qui coule sous le pont. Sur ces cadenas sont inscrites les initiales des amoureux de tous genres et de tous âges, un cœur s’y glisse selon la taille du support, quelques promesses enflammées tout au plus. Moscou, Berlin, Bruxelles, Kiev, Vilnius, Vérone, Rome, Venise, Shanghai, Marrakech, Prague, l’amour cadenassé a le vent en poupe.
Une lointaine et trouble origine
L’origine de la pratique est floue et les histoires divergent. Le cadenas comme preuve d'amour est ancien : on rapporte la pratique au temps où la ceinture de chasteté préservait les femmes de l'infidélité pendant que leur mari partait en croisade !
Une légende ancienne raconte que c’est à Cologne, en Allemagne, que tout a commencé. Là-bas, les amoureux déposent des cadenas sur la grille du pont Hohenzollern et jettent la clé dans le Rhin.
Certaines sources font remonter l’origine de cette coutume aux années 1980, où en Hongrie des cadenas ont commencé à être accrochés sur la grille du chemin reliant la mosquée à la cathédrale de la ville de Pecs.

L’origine de la pratique est floue et les histoires divergent., le cadenas comme preuve d'amour est ancien.
Anne Bernas/ RFI
Les Italiens affirment que la coutume provient du roman d’amour « Ho voglia di te », J'ai envie de toi , de Federico Moccia, dans lequel les deux héroïnes accrochent un cadenas avec leurs noms sur un lampadaire du Ponte Milvio près de Rome, jettent la clé dans les eaux du Tibre et s'embrassent profondément…
Aujourd’hui à Rome, dépassées par le phénomène, les autorités locales tentent de décourager les amoureux en les menaçant d’amendes.
A Moscou, des arbres métalliques ont été installés à côté du pont Luzhkov, inondé de cadenas d’amour depuis 2005. Là-bas, les jeunes mariés y enchaînent leurs cœurs cadenassés.
Et l'amour n'a pas de limites. À Séoul, les cadenas sont accrochés aux grilles garde-corps de la N Seoul Tower qui domine la ville, ce qui oblige les services d’entretien à les enlever pour que tout le monde puisse profiter de la vue… Le phénomène est aussi visible en Lettonie, en Suède, en Ecosse ainsi qu’en Uruguay, aux Etats-Unis ou au Japon.
Sur les ponts de Paris coule l’amour…
Depuis 2008, les cadenas d’amour parsèment les ponts de Paris, de la passerelle Léopold Sédar Senghor, en face du musée d'Orsay, à la passerelle Simone de Beauvoir en face de la bibliothèque François Mitterrand.
Le pont brille de tous feux sous ses balustrades recouvertes de cadenas.
Anne Bernas/ RFI

Même sous le ciel gris et menaçant, le Pont des Arts est bondé en cette période estivale. Impossible de découvrir son parapet de grillage verdâtre. Le pont brille de tous feux sous ses balustrades recouvertes de cadenas. Et tout y passe : du micro-cadenas en laiton aux cadenas en plastique, en tissu, peints à la main ou bricolés par les amoureux. C’est une foire aux couleurs, une course folle pour savoir quels amoureux auront le plus bel objet. Certains couples sont même parvenus à accrocher des cadenas à longues pattes ou des antivols de vélos….
Après une longue recherche vers un « emplacement disponible », un jeune couple de Brésiliens accroche son cadenas. Ils sont aux anges : « Cet endroit est merveilleux et c’est ici que nous faisons le vœu de nous marier et de vivre heureux », clament-ils en chœur… Un couple d’Anglais en fait de même. « Ça faisait longtemps que nous voulions venir ici ! Nous avons mis notre cadenas en faisant un vœu, mais c’est un secret ». Nul doute que le Pont des Arts n’incite qu’aux vœux de chance et, surtout, d’amour fort, bien que certains avouent avoir déjà accroché des cadenas avec leur précédent(e) amoureux(se). Qu'importe, la tradition veut que ce soit un amour éternel que les tourtereaux se promettent ici.
Chaque cadenas est gravé aux initiales d'amoureux, du drapeau de leur région ou de leur pays, de leur opinion politique ou de leur humeur pour d’autres. « Nous avons accroché une grosse étiquette en plastique orange sur notre cadenas, comme ça les gens savent que des habitants de l’île de Ré sont passés par ici », explique ce père de famille venu avec ses deux filles. Impossible de connaître leur vœu, ils veulent qu’il se réalise…
Pour leur première visite à Paris avec leur petite fille Amélie, un couple d'Américains du Colorado ne voulait pas manquer cette visite. « Nous avons voulu que notre fille partage ce moment avec nous et que nous faisions ensemble un vœu d’amour ».
Cathy ne l’entend pas ainsi et se révolte contre ce phénomène : « L’amour n’est pas une prison ! Ce grillage avec tous ces cadenas, ce n’est pas un symbole d’amour ! La liberté oui, c’est l’amour, pas l’enfermement. »
Le phénomène est identique sur le Pont de l’Archevêché. Seuls les ponts aux parapets de verre ou de pierre échappent au phénomène. Sur le Pont Neuf, le plus vieux pont de Paris tout en pierre, les amoureux se sont rabattus sur les grillages de l'embarcadère des bateaux touristiques. Amour quand tu nous tiens...
L’amour est le plus fort
En 2010, la mairie de Paris ne cache pas son souhait d’enlever les cadenas d’amour dans le but de « préserver le patrimoine ». S’en suit une mystérieuse disparition, dont la mairie se dit non responsable : presque tous les cadenas du Pont des Arts, environ 2000, disparaissent des barrières métalliques du célèbre monument parisien. Les accusations en tous genres vont bon train sur le coupable du vol en série mais l’affaire n’est jamais élucidée réellement… Il semblerait pourtant que ce soit un élève de l’Ecole des beaux arts qui se soit emparé du butin pour en faire une sculpture géante.

En 2010, la mairie de Paris ne cache pas son souhait d’enlever les cadenas d’amour dans le but de « préserver le patrimoine ».
Anne Bernas/ RFI
Puisque le phénomène se mondialise, et en dépit de son vœu pieu de voir les ponts de la capitale française à nouveau dénudés de leurs accroche-cœurs, en 2012, la mairie de Paris fait marche-arrière : « On laisse vivre le phénomène, confie un représentant de la ville, on regarde la chose se dérouler avec sympathie, ça ne nous pose pas de problème. Les gens aiment cela, ils en parlent autour d'eux, ils font la publicité de Paris. »
La décision ne convainc pas tous les Parisiens pour autant. « Le Pont des Arts est mythique, ces cadenas gâchent l’esthétique du lieu », affirme Peter, un professeur d’anglais. « L’idée est originale, mais pas n’importe où. Il faut faire ça sur les autres ponts, pas celui-ci. »
Les cadenas d’amour font aussi le bonheur des marchands du petit objet métallique peu esthétique d’ordinaire. Aux abords des ponts, c’est à qui vendra le cadenas qui a le plus de clés. « Une clé pour elle, une clé pour lui, et une clé pour le renouvellement des souhaits », explique Gérard, un des seuls vendeurs à la sauvette à proposer le cadenas à trois clés. Quant aux graveurs de cadenas d’amour, ils fleurissent sur la toile. Il est aussi désormais possible, pour les amoureux casaniers, de sceller virtuellement leur amour. Ainsi, des sites internet proposent de fixer un cadenas virtuel sur le Ponte Milvio de Rome, d’autres de créer sa propre « serrure d’amour » et de l’envoyer par mail.

RENCONTRE AVEC DES AMOUREUX DU PONT DES ARTS À PARIS
Anne Bernas/ RFI

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...