mardi 31 juillet 2012

13h23 : Les forces kurdes irakiennes ont donné un entraînement de base aux Kurdes syriens afin de "combler une éventuelle brèche dans la sécurité" en cas de chute du régime de Bachar al-Assad, a indiqué ce mardi un haut responsable du parti du président de la région autonome du Kurdistan. Cette déclaration intervient alors que le président du Conseil national syrien, Abdel Basset Sayda, est en visite au Kurdistan irakien. 13h15 : A Alep, le quartier rebelle de Salaheddine (ouest) est bombardé depuis ce matin par les forces du régime. Dans la nuit de lundi à mardi, l'ASL a attaqué le siège du renseignement aérien. SYRIE - La ville d'Alep est le théâtre de violents combats entre l'Armée syrienne libre et les loyalistes. 200 000 personnes ont fui la capitale économique du pays. - AFP 13h10 : La chaîne américaine CNN rapporte que les rebelles ont utilisé des tanks pris à l'armée régulière pour attaquer une base aérienne près d'Alep. "Les rebelles ont mis à profit les véhicules capturés pour bombarder une base aérienne près d'Azaz [nord-ouest d'Alep]", a déclaré un commandant de l'ASL. 13h05 : Plus de 900 Syriens sont arrivés dans le premier camp de réfugiés syriens en Jordanie, inauguré dimanche, a annoncé mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les chiffres du HCR indiquent que plus de 267 000 Syriens ont quitté leur pays depuis mars 2011. 12h52 : L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme qu'au moins 40 policiers syriens ont été tués dans la prise de deux commissariats à Alep par les rebelles. "Des centaines de rebelles ont attaqué deux commissariats de police à Salhine et Bab Nairab (sud) et au moins 40 policiers ont été tués durant les combats qui ont duré des heures", a déclaré Rami Abdel Rahamne, président de l'OSDH, qui se base sur un réseau de militants. 12h51 : Le dossier syrien a-t-il définitivement enterré l'accord tacite entre droite et gauche de parler d'une même voix sur les thèmes de politique internationale ? Dimanche, le Parisien citait Nicolas Sarkozy, qui a démenti, critiquant le "manque de fermeté" de François Hollande en Syrie. "Des propos de vacances" ont raillé les socialistes. La France est aux "abonnés absents" a surenchéri Thierry Mariani ce matin. 12h37 : L'Armée syrienne libre (ASL) affirme avoir pris le contrôle de 60% de la ville d'Alep, capitale économique du pays. L'information est impossible à vérifier. La télévision officielle affirme pour sa part que l'armée régulière avance dans Alep, infligeant de lourdes pertes aux "terroristes". 12h33 : Al Jazeera rapporte que plus de mille soldats rebelles sont arrivés en renfort à Alep, où les loyalistes pilonnent les quartiers aux mains de l'Armée syrienne libre. 12h18 : Les Comités de coordination locale de Syrie rapportent que deux commandants rebelles, Mohammad Lababidi et Khaled Damook, ont été tués à Alep. Le correspondant de la BBC à Alep, Ian Pannell, affirme lui que trois commandants rebelles ont été tués. 12h12 : Le Guardian, citant l'agence américaine Associated Press, rapporte que des chars de l'armée régulière ont attaqué le convoi du chef des observateurs de l'ONU, le lieutenant Babacar Gaye, détruisant au moins douze véhicules. "Le convoi du Lieutenant Babacar Gaye a été attaqué par des tanks. Heureusement, il n'y a pas eu de blessé", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. 12h02 : Les activistes des Comités locaux de coordination de Syrie affirment qu'en plus d'Alep, les villes de Damas, Homs (centre), Deir ez-Zor (est), Deraa (sud), Idleb (nord) et Lattaquié (ouest) sont soumises à un bombardement systématique par les forces du régime. 11h52 : Il n'est jamais trop tard, dit-on. Le gouvernement russe a décidé de placer la Syrie sur la liste des pays en "état d'urgence ou de conflit armé", rapporte l'agence russe RIA Novosti. Auparavant, Moscou avait placé la Syrie sur la liste des pays ayant une "situation sociale et politique compliquée". 11h41 : Le Prince Bandar ben Sultan, nommé chef des services de renseignements saoudiens le 24 juillet, aurait été victime deux jours plus tard d'un attentat à la bombe, affirme le site du Réseau Voltaire, qui soutient le régime de Bachar el-Assad. Il serait mort plus tard de ses blessures. Le même site affirme qu'une "source officieuse" syrienne aurait confirmé l'information, indiquant que cet assassinat ciblé aurait été perpétré par Damas en représailles à l'attentat du 18 juillet, ayant tué quatre hauts responsables du régime dans la capitale. SYRIE - Le nouveau chef des renseignements saoudiens, le Prince Bandar ben Sultan, aurait été tué en représailles à l'attentat de Damas du 18 juillet affirme un site pro-Assad. - REUTERS/Alexander Natruskin 11h10 : Nous vous le rapportions hier, le journaliste d'Al Jazeera Omar Khashram, blessé au dos par des éclats d'obus à Alep, a été évacué en Turquie. Dans la vidéo ci-dessous, on le voit être surpris en pleine interview par une pluie de projectiles. 10h59 : "Je constate que depuis quelques semaines on se contente de verser des larmes et d'appeler à un cessez-le-feu, mais à part ça, la France est aux abonnés absents", a affirmé sur France Inter Thierry Mariani, député des français de l'étranger. "Je pense qu'avoir une activité diplomatique bien plus soutenue que ce que nous avons - c'est ce que faisait Nicolas Sarkozy quand il était aux affaires - ce serait en ce moment, par exemple, pour un président de la République, de se déplacer pour aller convaincre les membres récalcitrants du Conseil de sécurité, je pense aux Russes et aux Chinois", a poursuivi l'ancien ministre. 10h56 : Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré que la Turquie ne resterait "pas sans rien faire" si les troupes syriennes ouvrent le feu sur ceux qui tentent de fuir les combats. 200 000 personnes ont déjà fui Alep, où les combats ont gagné en intensité. Lundi, un lourd convoi militaire turc est arrivé dans la zone frontalière avec la Syrie. Si des dizaines de milliers de personnes tentent de fuir en Turquie et que les troupes syriennes ouvrent le feu sur elles, ni la Turquie ni la communauté internationale ne pourront rester sans rien faire. Ahmet Davutoglu, ministre turc des Affaires étrangères 10h45 : Le journaliste de la BBC Ian Pannell suit une unité de combattants de l'ASL à Alep, prise pour cible par des snipers du régime. Des images impressionnantes. 10h28 : L'Iran "ne permettra pas à l'ennemi d'avancer" en Syrie mais ne voit pas la nécessité d'intervenir pour le moment, a déclaré le général Massoud Jazayeri, l'adjoint du chef de l'état-major des forces armées iraniennes. Cette mise en garde vise les Etats-Unis, les pays occidentaux, mais aussi l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, accusés par Téhéran, principal allié régional de la Syrie, de soutenir financièrement et militairement les rebelles syriens qui cherchent à faire chuter le régime du président Bachar al-Assad. Nous déciderons, selon les circonstances, comment nous devons aider nos amis et la résistance dans la région (face à Israël). Nous ne permettrons pas à l'ennemi d'avancer. Le général Massoud Jazayeri, adjoint du chef de l'état-major des forces armées iraniennes 10h22 : Cette vidéo, diffusée lundi, montre, d'après des activistes syriens, le bombardement de la ville de Homs par les forces du régime de Bachar el-Assad. 10h19 : Le président américain Barack Obama et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus par téléphone lundi "pour coordonner leurs efforts afin d'accélérer la transition politique en Syrie, avec un départ de Bachar al-Assad et en répondant aux aspirations légitimes des Syriens", a indiqué la Maison-Blanche ce mardi. 44 000 Syriens sont actuellement réfugiés en Turquie. 10h10 : Les rebelles ont attaqué dans la nuit de lundi à mardi avec des roquettes RPG le siège du tribunal militaire d'Alep, deuxième ville de Syrie où des combats avec l'armée ont fait rage notamment près du siège des puissants renseignements aériens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les insurgés ont également attaqué un poste de police et une branche du parti Baas au pouvoir dans le quartier de Salhine (sud)



Les forces kurdes irakiennes ont donné un entraînement de base aux Kurdes syriens
 afin de "combler une éventuelle brèche dans la sécurité" en cas de chute du régime de Bachar al-Assad, a indiqué ce mardi un haut responsable du parti du président de la région autonome du Kurdistan. Cette déclaration intervient alors que le président du Conseil national syrien, Abdel Basset Sayda, est en visite au Kurdistan irakien
 :
A Alep, le quartier rebelle de Salaheddine (ouest) est bombardé depuis ce matin par les forces du régime. Dans la nuit de lundi à mardi, l'ASL a attaqué le siège du renseignement aérien. 
SYRIE - La ville d'Alep est le théâtre de violents combats entre l'Armée syrienne libre et les loyalistes. 200 000 personnes ont fui la capitale économique du pays.
SYRIE - La ville d'Alep est le théâtre de violents combats entre l'Armée syrienne libre et les loyalistes. 200 000 personnes ont fui la capitale économique du pays. - AFP
 :
La chaîne américaine CNN rapporte que les rebelles ont utilisé des tanks pris à l'armée régulière pour attaquer une base aérienne près d'Alep. "Les rebelles ont mis à profit les véhicules capturés pour bombarder une base aérienne près d'Azaz [nord-ouest d'Alep]", a déclaré un commandant de l'ASL. 
 :
Plus de 900 Syriens sont arrivés dans le premier camp de réfugiés syriens en Jordanie, inauguré dimanche, a annoncé mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les chiffres du HCR indiquent que plus de 267 000 Syriens ont quitté leur pays depuis mars 2011
 :
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme qu'au moins 40 policiers syriens ont été tués dans la prise de deux commissariats à Alep par les rebelles. "Des centaines de rebelles ont attaqué deux commissariats de police à Salhine et Bab Nairab (sud) et au moins 40 policiers ont été tués durant les combats qui ont duré des heures", a déclaré Rami Abdel Rahamne, président de l'OSDH, qui se base sur un réseau de militants. 
 :
L'Armée syrienne libre (ASL) affirme avoir pris le contrôle de 60% de la ville d'Alep, capitale économique du pays. L'information est impossible à vérifier. La télévision officielle affirme pour sa part que l'armée régulière avance dans Alep, infligeant de lourdes pertes aux "terroristes". 
 :
Al Jazeera rapporte que plus de mille soldats rebelles sont arrivés en renfort à Alep, où les loyalistes pilonnent les quartiers aux mains de l'Armée syrienne libre. 
 :
Le Guardian, citant l'agence américaine Associated Press, rapporte quedes chars de l'armée régulière ont attaqué le convoi du chef des observateurs de l'ONU, le lieutenant Babacar Gaye, détruisant au moins douze véhicules. "Le convoi du Lieutenant Babacar Gaye a été attaqué par des tanks. Heureusement, il n'y a pas eu de blessé", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. 
 :
Les activistes des Comités locaux de coordination de Syrie affirment qu'en plus d'Alep, les villes de Damas, Homs (centre), Deir ez-Zor (est), Deraa (sud), Idleb (nord) et Lattaquié (ouest) sont soumises à un bombardement systématique par les forces du régime. 
 :
Il n'est jamais trop tard, dit-on. Le gouvernement russe a décidé de placer la Syrie sur la liste des pays en "état d'urgence ou de conflit armé", rapporte l'agence russe RIA Novosti. Auparavant, Moscou avait placé la Syrie sur la liste des pays ayant une "situation sociale et politique compliquée". 
 :
Le Prince Bandar ben Sultan, nommé chef des services de renseignements saoudiens le 24 juillet, aurait été victime deux jours plus tard d'un attentat à la bombe, affirme le site du Réseau Voltaire, qui soutient le régime de Bachar el-Assad. Il serait mort plus tard de ses blessures. Le même site affirme qu'une "source officieuse" syrienne aurait confirmé l'information, indiquant que cet assassinat ciblé aurait été perpétré par Damas en représailles à l'attentat du 18 juillet, ayant tué quatre hauts responsables du régime dans la capitale
SYRIE - Le nouveau chef des renseignements saoudiens, le Prince Bandar ben Sultan, aurait été tué en représailles à l'attentat de Damas du 18 juillet affirme un site pro-Assad.
SYRIE - Le nouveau chef des renseignements saoudiens, le Prince Bandar ben Sultan, aurait été tué en représailles à l'attentat de Damas du 18 juillet affirme un site pro-Assad. - REUTERS/Alexander Natruskin
 :
Nous vous le rapportions hier, le journaliste d'Al Jazeera Omar Khashram, blessé au dos par des éclats d'obus à Alep, a été évacué en Turquie. Dans la vidéo ci-dessous, on le voit être surpris en pleine interview par une pluie de projectiles. 
 :
"Je constate que depuis quelques semaines on se contente de verser des larmes et d'appeler à un cessez-le-feu, mais à part ça, la France est aux abonnés absents", a affirmé sur France Inter Thierry Mariani, député des français de l'étranger. "Je pense qu'avoir une activité diplomatique bien plus soutenue que ce que nous avons - c'est ce que faisait Nicolas Sarkozy quand il était aux affaires - ce serait en ce moment, par exemple, pour un président de la République, de se déplacer pour aller convaincre les membres récalcitrants du Conseil de sécurité, je pense aux Russes et aux Chinois", a poursuivi l'ancien ministre. 
 :
Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré que la Turquie ne resterait "pas sans rien faire" si les troupes syriennes ouvrent le feu sur ceux qui tentent de fuir les combats. 
200 000 personnes ont déjà fui Alep, où les combats ont gagné en intensité. Lundi, un lourd convoi militaire turc est arrivé dans la zone frontalière avec la Syrie. 
Si des dizaines de milliers de personnes tentent de fuir en Turquie et que les troupes syriennes ouvrent le feu sur elles, ni la Turquie ni la communauté internationale ne pourront rester sans rien faire.
Ahmet Davutoglu, ministre turc des Affaires étrangères
 :
Le journaliste de la BBC Ian Pannell suit une unité de combattants de l'ASL à Alep, prise pour cible par des snipers du régime. Des images impressionnantes
 :
L'Iran "ne permettra pas à l'ennemi d'avancer" en Syrie mais ne voit pas la nécessité d'intervenir pour le moment, a déclaré le général Massoud Jazayeri, l'adjoint du chef de l'état-major des forces armées iraniennes. Cette mise en garde vise les Etats-Unis, les pays occidentaux, mais aussi l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, accusés par Téhéran, principal allié régional de la Syrie, de soutenir financièrement et militairement les rebelles syriens qui cherchent à faire chuter le régime du président Bachar al-Assad. 
Nous déciderons, selon les circonstances, comment nous devons aider nos amis et la résistance dans la région (face à Israël). Nous ne permettrons pas à l'ennemi d'avancer.
Le général Massoud Jazayeri, adjoint du chef de l'état-major des forces armées iraniennes
 :
Cette vidéo, diffusée lundi, montre, d'après des activistes syriens, le bombardement de la ville de Homs par les forces du régime de Bachar el-Assad. 
 :
Le président américain Barack Obama et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus par téléphone lundi "pourcoordonner leurs efforts afin d'accélérer la transition politique en Syrie, avec un départ de Bachar al-Assad et en répondant aux aspirations légitimes des Syriens", a indiqué la Maison-Blanche ce mardi. 
44 000 Syriens sont actuellement réfugiés en Turquie. 
 :
Les rebelles ont attaqué dans la nuit de lundi à mardi avec des roquettes RPG le siège du tribunal militaire d'Alep, deuxième ville de Syrie où des combats avec l'armée ont fait rage notamment près du siège des puissants renseignements aériens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les insurgés ont également attaqué un poste de police et une branche du parti Baas au pouvoir dans le quartier de Salhine (sud) 

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...