samedi 24 mars 2012

USA: le secteur privé prêt à prendre son envol dans l'espace



WASHINGTON — Avec le premier vol d'un vaisseau commercial vers la Station spatiale internationale (ISS) prévu fin avril et les sociétés de tourisme spatial qui s'apprêtent à offrir leurs services, le secteur privé paraît bien disposé à prendre son essor dans l'espace.
La société américaine Space Exploration Technologies (SpaceX) se prépare, avec l'aide de la Nasa, à lancer le 30 avril, depuis Cap Canaveral (Floride, sud-est), sa capsule Dragon pour le tout premier vol de démonstration privé à destination de l'avant-poste orbital.
Avec la fin, en juillet 2011, du programme des navettes spatiales américaines qui avait permis de construire l'ISS, la Nasa explique qu'il est temps de confier la mission des vols de ravitaillement et de transport des astronautes vers la Station au secteur privé pour que celle-ci puisse se consacrer à l'exploration habitée lointaine.
Elle a ainsi distribué 270 millions de dollars aux entreprises jugées les plus prometteuses pour transporter des astronautes. Il s'agit, outre SpaceX, de Boeing, Sierra Nevada et Blue Origin.
Pour le fret vers l'ISS, la Nasa a retenu SpaceX et Orbital Sciences Corporation au terme d'un contrat estimé à 3,5 milliards de dollars.
Dans son projet de budget 2013 soumis au Congrès en février, le président Barack Obama demande 829 millions de dollars pour promouvoir les vols spatiaux commerciaux habités et les vols de marchandises vers l'ISS, pour mettre fin à la dépendance des Etats-Unis envers les Soyouz russes lors de l'acheminement de leurs astronautes vers l'avant-poste orbital.
"Nous sommes tous bien conscients du changement historique qui s'est produit dans les programmes spatiaux américains avec la fin des navettes", a lancé cette semaine George Nield, responsable du transport spatial commercial au sein de l'autorité de l'aviation civile (FAA), lors d'une audition devant une sous-commission du Congrès.
"Bien que cela marque la fin d'une époque, cela représente aussi le début de ce qui sera un avenir exaltant dans l'espace pour l'Amérique", a-t-il ajouté.
Pour le numéro deux de cette sous-commission, le démocrate Jerry Costello, "le succès de l'expansion de l'activité des vols privés habités peut ouvrir de nouvelles possibilités pour l'exploitation commerciale de l'espace".
"Le tourisme spatial représente un autre segment important de cette industrie émergente qui pèsera un milliard de dollars d'ici dix ans", a prédit George Nield.
Plusieurs sociétés comme Virgin Galactic, créée par Richard Branson, patron de Virgin, s'affairent à mettre au point des engins capables de transporter des touristes à 100 km d'altitude à la frontière du vide de l'espace pour ressentir quelques minutes l'apesanteur.
Virgin Galactic a déjà récolté 60 millions de dollars pour la vente de ses billets facturés 200.000 dollars pièce. Mardi, la firme avait annoncé que son 500e client était l'acteur américain Ashton Kutcher.
Pour John Spencer, président et fondateur de la "Space Tourism Society" à Los Angeles, "la technologie est suffisamment mûre pour permettre au cours des cinq prochaines années de voir un développement rapide de ce nouveau secteur avec de nombreux vols suborbitaux, le premier hôtel dans l'espace et des croisières autour de la Lune à bord de capsules russes Soyouz".
Ce dernier explique aussi que cet essor résulte de l'engagement de milliardaires comme Richard Branson, Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, et Elon Musk, créateur de SpaceX.
Ils ont permis de développer des technologies innovantes et "de créer un modèle économique", juge cet architecte de yachts spatiaux.
Jusqu'à présent, les seuls rares touristes de l'espace ont volé à bord de Soyouz vers l'ISS, payant pour les premiers d'entre eux il y a dix ans 21 millions de dollars. Les deux derniers billets se sont vendus 150 millions de dollars, selon John Spencer.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...