samedi 31 mars 2012

Mali: les rebelles touareg dans Gao, la junte plus que jamais menacée



Créé le 31-03-2012 à 12h41 - Mis à jour à 16h56      Réagir

 
 Share0
A picture taken on May 27, 2006 shows Malian soldiers patrolling the streets of Kidal. Tuareg rebels fighting alongside an armed Islamist group on March 29, 2012 attacked the key town of Kidal in northern Mali, the insurgents and a military source said."We are under attack from the rebels ... we are fighting back," said a Malian soldier in Kidal. A fighter with Islamist group Ansar Dine confirmed they had launched the attack. AFP PHOTO / KAMBOU SIA
(c) Afp
A picture taken on May 27, 2006 shows Malian soldiers patrolling the streets of Kidal. Tuareg rebels fighting alongside an armed Islamist group on March 29, 2012 attacked the key town of Kidal in northern Mali, the insurgents and a military source said."We are under attack from the rebels ... we are fighting back," said a Malian soldier in Kidal. A fighter with Islamist group Ansar Dine confirmed they had launched the attack. AFP PHOTO / KAMBOU SIA (c) Afp
Des rebelles touareg ont pénétré samedi dans la ville de Gao, dernière place-forte au nord du Mali des troupes d'une junte désormais prise en tenaille par la rébellion au nord, et les pays d'Afrique de l'Ouest qui ont mis en alerte leur force d'intervention.
Des tirs d'armes lourdes ont éclaté au cours de la matinée dans Gao, principale ville du nord, à un millier de km au nord-est de Bamako, et qui abrite l'état-major de l'armée malienne pour toute la région septentrionale.
Des rebelles touareg, dont on ignore encore pour le moment l'identité précise, ont pénétré dans trois des huit quartiers de la ville, selon des témoignages concordants.
A la mi-journée, les combats se concentraient autour des deux camps militaires de Gao, où les forces gouvernementales se sont réfugiées pour résister aux assaillants.
Toujours selon des témoins, des islamistes prennent part à l'assaut. Arborant longue barbe, drapeau noir frappé du sceau du prophète --habituelle bannière des salafistes et islamistes radicaux--, certains d'entre eux s'en sont pris à des débits de boissons.
Ils criaient "Allah Akbar" (Dieu est grand) et "Ansar Dine", du nom du groupe armé du chef touareg Iyad Ag Ghaly, l'une des principales composantes de la rébellion.
Après la chute de Kidal vendredi, l'attaque sur Gao est un coup d'autant plus dur pour la junte qu'elle avait justement invoqué l'échec du régime à mater la rébellion pour renverser le 22 mars le président Amadou Toumani Touré (dit ATT).
Kidal, à environ 300 km plus au nord-est vers la frontière algérienne, avait été prise par Ansar Dine, appuyé par le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), le grand groupe rebelle touareg, et des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
La ville est tombée en un peu moins de 48 heures. Aucun bilan des pertes n'a été donné mais le gouverneur et au moins six autres officiels, civils et militaires, ont été capturés.
Commandées par le colonel Aladji Gamou, lui-même touareg, les forces gouvernementales s'étaient repliées vers Gao.
Après l'évacuation par l'armée de Kidal, mais aussi de Ansogo et Bourem, c'est désormais l'essentiel du nord-est du pays qui est aux mains des rebelles touareg et de groupes islamistes qui mènent depuis la mi-janvier une vaste offensive pour "libérer" les territoires de l'Azawad, berceau des Touareg.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...