mercredi 21 mars 2012

Les représentants juifs et musulmans rejettent tout "amalgame" ou "récupération politique"



Créé le 21-03-2012 à 13h04 - Mis à jour à 13h51      Réagir

 
 Share0
PARIS (AP) — Les représentants des communautés juive et musulmane se sont exprimés mercredi d'une seule voix pour adresser une mise en garde vigoureuse contre tout "amalgame" et toute "récupération politique" après les tueries de Toulouse et Montauban.
Les représentants juifs et musulmans ont été reçus ensemble mercredi matin à l'Elysée par le président Nicolas Sarkozy, alors que le suspect dans les trois fusillades était toujours retranché dans son domicile de Toulouse, encerclé par les forces de l'ordre. Les responsables des communautés ont décidé d'annuler la marche silencieuse initialement prévue dimanche prochain.
Le suspect, un Français de 24 ans qui se "réclame d'Al-Qaïda", a dit aux policiers avoir voulu venger les enfants palestiniens, selon le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. La dernière fusillade a fait lundi quatre morts, dont trois enfants, dans une école juive de Toulouse.
"Je redoute toujours une récupération politique, une manipulation politicienne", a dit le grand rabbin de France Gilles Bernheim, à l'issue de la rencontre avec le chef de l'Etat.
"La proximité de la communauté musulmane représentée ici à l'Elysée, notre amitié et notre souci d'éviter tout amalgame, toute confusion dans le langage, resserrent au contraire les liens entre la communauté juive et la communauté musulmane", a-t-il estimé.
"Musulmans comme juifs, juifs et musulmans, condamnons tout amalgame qui pourrait être fait entre une situation politique internationale qui se joue au Proche-Orient et l'acte monstrueux qui, depuis Montauban et Toulouse, fait l'horreur de tous les Français", a-t-il insisté.
"Il est hors de question pour nous de faire l'amalgame entre l'islam (...) et des expressions terroristes qui sont effectivement un danger pour notre République", a renchéri le président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) Richard Prasquier.
Les responsables musulmans présents à l'Elysée ont immédiatement adhéré à ces propos.
"Nous n'accepterons pas que notre religion soit associée à la violence de cette manière", a affirmé Mohammed Moussaoui, président du CFCM, le Conseil français du culte musulman. "Cet individu a commis des crimes avec horreur, préméditation, et ne peut en aucun cas (...) le justifier à travers la religion musulmane", a-t-il ajouté à propos du suspect.
"Les musulmans aujourd'hui, avec la communauté juive de France, ont souhaité afficher cette union d'hier et d'aujourd'hui encore plus forte, (...) et repousser ensemble toute forme de terrorisme et toute forme d'intolérance dans notre société", a-t-il affirmé.
"Toute instrumentalisation politique des faits" serait "une honte", a-t-il averti, souhaitant "que nos hommes politiques soient à la hauteur et ne soient pas tentés par ce type d'instrumentalisation".
De son côté, le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a insisté sur "cette condamnation unanime de la violence du terrorisme au nom de la religion". Les musulmans seront conviés vendredi dans les mosquées à adresser des prières à la mémoire des victimes, a-t-il précisé.
Des psaumes seront récités samedi dans les synagogues et un office sera organisé dans la Grande synagogue de Paris lundi prochain à 19h, selon M. Bernheim. AP

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...