samedi 24 mars 2012

Les McLaren reines des qualifs



Les McLaren sont insatiables, et les Red Bull toujours en retrait. Lewis Hamilton a encore pris samedi la pole position du Grand Prix de Malaisie, avec un temps de 1'36"179. Le Britannique devance à nouveau son coéquipierJenson Button, de 0"149. Michael Schumacher (Mercedes), longtemps dans le coup pour la première ligne, est troisième à 0"172 de Hamilton. Romain Grosjean, à 0"439 du meilleur temps, partira sixième.

Il y a cru, "Schumi". La pole n'était pas loin, la première ligne fut palpable pour le glorieux ancêtre du paddock, qui a terminé à moins de deux dixièmes de Lewis Hamilton. "On a réussi à confirmer le potentiel qu'on avait montré en Australie, se réjouissait le septuple champion du monde en conférence de presse. C'est très serré, mais on peut tous être plus que contents après ce que nous avons accompli." Le Britannique, lui, a pris la pole position pour la deuxième fois en deux courses, avec un temps de référence de 1'36"219. Et Jenson Button a réussi à s'intercaler dans les derniers instants de la Q3, pour placer à nouveau les McLaren sur le devant de la grille.

La réussite des monoplaces de Woking en Australie n'était donc pas qu'un feu de paille."Même en essayant quelques réglages différents, on a réussi à faire de très bons temps durant toute la qualification, a simplement analysé Hamilton.C'est important car les gars derrière ont poussé très fort." Et là où beaucoup auraient pensé que même en prenant la position de Michael Schumacher, Sebastian Vettel aurait de quoi être déçu, le double champion en titre a encore plus déchanté que ça. Comme à Melbourne, l'Allemand n'a pris que le sixième temps, à 0"415 de Hamilton. Reste à espérer pour lui que le dénouement en course sera aussi heureux que la semaine dernière, où sa deuxième place finale lui avait permis de largement sauver les meubles.

Vettel: "Du mal à trouver le bon équilibre"

Cette fois, la pénalité de Kimi Räikkönen, pour un changement de boîte de vitesses, lui permet déjà de gagner un rang sur la grille. Le Finlandais a réussi le cinquième chrono, dans le même millième que Mark Webber, et devra donc s'élancer de la 10e position. Ce qui signifie donc, aussi, que l'Australien a encore fait mieux que son coéquipier en qualifications. Une révolution, bien sûr, par rapport aux deux dernières années. Autant en interne que par rapport aux équipes concurrentes. "Je ne me suis pas senti très bien dans la voiture, et j'ai eu du mal à trouver le bon équilibre, admettait le natif de Heppenheim sur le site de la F1. C'est pourquoi je n'ai pas pu tout donner lors de mon tour lancé."

Autre larron à profiter des mésaventures de Räikkönen, son acolyte Romain Grosjean. Le pilote français de Lotus n'a pas fini dans le top 3, certes, mais il a encore pris un très honorable septième temps. Et il s'élancera donc de la troisième ligne, en glanant lui aussi un rang grâce à son coéquipier. L'écurie d'Eric Boullier n'a donc pas été perturbée par l'incendie qui s'est déclaré au sein de ses locaux dans la nuit. L'incident a été causé par un court-circuit dans le motor-home, mais seul un casque de secours appartenant à Räikkönen a été endommagé, sans aucun impact sur le stand ou le matériel.

En revanche, à l'inverse de Lotus, certains n'avaient toujours pas la flamme... A commencer par FerrariFelipe Massaa encore été éliminé en Q2 et s'élancera de la 12e place. Fernando Alonso fait à peine mieux, avec le neuvième temps et donc la huitième position à plus d'une seconde de Hamilton. Les temps sont définitivement très durs pour la Scuderia, qui se place clairement derrière Lotus et Mercedes dans la hiérarchie, et même pas si loin de Williams(Maldonado partira 11e, Senna 13e). Enfin, Jean-Éric Vergne a de quoi être déçu, puisqu'il s'est arrêté dès la Q3, avec le 18e chrono. De même que Charles Pic, qui a lui pris le 22e temps à trois dixièmes de son coéquipier Timo Glock.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...