samedi 31 mars 2012

Les islamistes arrêtés préparaient-ils des actions?



Par LEXPRESS.fr, publié le 31/03/2012 à 11:52, mis à jour à 15:40
Les islamistes arrêtés préparaient-ils des actions?
Mohamed Achamlane, le chef du groupe salafiste radical interpellé vendredi avec 16 autres islamistes, nie "avoir jamais participé de près ou de loin à une quelconque entreprise terroriste". La garde à vue des 17 suspects a été prolongée ce samedi.
REUTERS

La garde à vue des 17 islamistes présumés a été prolongée ce samedi. Parmi eux, le chef du groupe Forsane Alizza nie avoir participé à des activités terroristes. Le directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, évoque pourtant un projet d'enlèvement. 

Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute "toute intention terroriste" dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan.  
"Mon client réfute fermement avoir jamais participé de près ou de loin à une quelconque entreprise terroriste", a déclaré Me Benoit Poquet. Il "conteste fermement avoir un quelconque lien avec Mohamed Merah", le tueur au scooter de Montauban et Toulouse, a-t-il ajouté. 
Mohamed Achamlane, interpellé vendredi à son domicile de la commune de Bouguenais, au sud-ouest de Nantes, "réfute tout amalgame et dénonce la tentative de récupération médiatique et politique, oportunément orchestrée en pleine période électorale", toujours selon son avocat. 
"Une véritable dangerosité", selon Squarcini
Ces déclarations tranchent avec celles du directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, dans une interview au journalLa Provence: selon lui, les 17 islamistes présumés placés en garde à vue vendredi, membres pour certains du groupe salafiste Forsane Alizza, "semblaient préparer un enlèvement". 
"On bosse depuis octobre sur eux (...). Le groupe avait été dissous depuis le 29 février et les avoirs de 26 d'entre eux ont été gelés, mais ils continuaient à suivre un entraînement physique, dans les parcs, les bois et recherchaient des armes", affirme Bernard Squarcini.  
"Il y avait des séances collectives d'aguerrissement, avec un discours très violent, un endoctrinement religieux". "Certains pratiquaient le paintball, d'autres faisaient du jogging", poursuit-il. "C'est un groupe constitué d'une véritable dangerosité (...). Ce qui était important à leurs yeux c'était de se structurer de façon solide", ajoute-t-il, assurant qu'ils "voulaient nommer des émirs dans chaque région". 
"Nous avons retrouvé un lot impressionnant de kalachnikov à Marseille", a-t-il également dit, ajoutant que les policiers ont découvert "beaucoup d'ordinateurs, des puces, de l'armement, de l'argent, 10 000 euros en petites coupures, quatre kalachnikov, huit fusils, sept ou huit armes de poing, un taser, des bombes lacrymogènes..." Parmi les kalachnikov saisies, au moins deux sont démilitarisées, c'est-à-dire inaptes au tir, a fait savoir une source proche de l'enquête.  
Adeptes des actions spectaculaires
Dix-neuf personnes, dont trois femmes, ont été interpellées vendredi: cinq en Ile-de-France, quatre dans la région nantaise, quatre dans l'agglomération lyonnaise, autant en Provence-Alpes-Côte d'Azur et deux à Toulouse. Leur garde à vue a été prolongée ce samedi.  
Ces arrestations, critiquées par une partie de l'opposition comme une "opération électoraliste", ont eu lieu plus d'une semaine après la mort deMohamed Merah, le "tueur au scooter", mais ne sont "pas liées" à ce dossier même s'il "existe un contexte", a affirmé le président Nicolas Sarkozy.  

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...