jeudi 29 mars 2012

L'écrivain Danièle Sallenave est reçue sous la Coupole, à l'Académie française



Le Monde.fr |  • Mis à jour le 
Abonnez-vous
15 € / mois
 Réagir Classer Imprimer Envoyer
Partager   google + linkedin
La romancière Danièle Sallenave chez l'éditeur Gallimard à Paris, le 18 avril 2011.
Danièle Sallenave a fait son entrée, jeudi 29 mars, à l'Académie française. Elle a été élue le 7 avril 2011 au fauteuil de Maurice Druon, dont elle va prononcer l'éloge, devant ses nouveaux pairs, parés de leurs habits verts.
Cette femme aux talents multiple sera la 7e femme à siéger au quai Conti. Elle rejoint Hélène Carrère d'Encausse, élue en 1990 et secrétaire perpétuel de l'institution depuis 1999, Florence Delay, élue en 2000, Assia Djebar élue en 2005 et Simone Veil, personnalité féminine préférée des Français, élue en novembre 2008. Auparavant, Marguerite Yourcenar, première femme à être élue à l'Académie française en 1980 disparue en 1987, et l'helléniste Jacqueline de Romilly, élue en 1988 et décédée en décembre 2010, avaient siégé sous la Coupole.
Née à Angers en 1940, Danièle Sallenave est normalienne et agrégée de lettres. Universitaire, elle a longtemps enseigné la littérature. Essayiste, traductrice, romancière, elle a participé à l'aventure de la revue Le Messager européen et a collaboré aux Temps modernes. Elle est l'auteur d'une trentaine de livres et est toujours membre du jury Femina.
Parmi ses derniers romans, La Fraga (Gallimard, 2005, prix Jean Giono) a sans doute étonné ses lecteurs fidèles depuis les années 1980, avec La Vie fantôme(POL, 1986) ou Un printemps froid (POL, 1983). C'est une narration classique, qui commence à Venise à la fin du XIXe siècle et se termine à New York au début des années 1940. En s'éloignant dans l'espace et le temps des thèmes que l'on retrouve souvent dans ses romans - la province française, les ratés de l'existence -, Danièle Sallenave a trouvé un bonheur d'écriture et une liberté nouvelle.
Une liberté que l'on retrouve dans son dernier livre, La Vie éclaircie (Gallimard, 2010). Mi-Mémoires, mi-récit de formation, ce texte est pour partie un retour vers le monde de l'enfance. " Ce que j'ai gardé de ce monde, et qu'il est si difficile deretrouver aujourd'hui, écrit Danièle Sallenave, c'est une certaine lumière et une certaine qualité de silence. (...) Il faut tout faire pourtant pour garder vivant le sentiment de la splendeur du monde sensible. " Mais c'est aussi une réflexion sur l'existence d'une femme qui a voulu penser sa liberté.
Danièle Sallenave a été reçue par l'écrivain Dominique Fernandez, membre du jury Médicis. Le discours d'hommage de la nouvelle académicienne envers l'auteur des Rois maudits et le discours d'accueil prononcé par Dominique Fernandez sont disponibles sur le site Lemonde.fr.
L'Académie française doit procéder dans les semaines qui viennent à une double élection. Le 26 avril, un nouveau scrutin est organisé pour élire le successeur de Pierre-Jean-Rémy, après un premier échec, le 8 décembre 2011. Huit candidats se sont déclarés parmi lesquels figurent l'animateur de télévision Patrick Poivred'Arvor et le professeur honoraire au collège de FranceMichael Edwards. Le 10 mai, aura lieu l'élection au fauteuil occupé par Jean Dutourd, décédé en janvier 

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...