samedi 31 mars 2012

Le PSG aura-t-il enfin la Lorraine ?



Par Cédric Callier, 30-03-2012
  • TPlus
  • TMoins
  • imprimante
  • commentaires 0
  •  
  • plus
Nancy poursuivra-t-il sa belle série face au Paris SG ? - Panoramic
Dans le dur depuis plusieurs journées en Ligue 1, le club de la capitale se doit de repartir de l’avant à Nancy. Sauf que les voyages en Lorraine ne sont pas une sinécure pour les Parisiens depuis une vingtaine d’années.  
Un début de crise ?
Deux matches nuls à Caen et contre Bordeaux en Ligue 1, couplés à une élimination à domicile contre Lyon en Coupe de France, suffisent-ils à faire du PSG une équipe en crise ? Pour les fans du club de la capitale, l’emploi de ce terme devrait faire sourire, tant ils ont connu pire ces dernières saisons. Il ne faut pas oublier en effet que les Parisiens sont invincibles en championnat depuis leur débâcle à Marseille lors de la 15e journée (3-0) et qu’ils occupent toujours la tête du classement en compagnie de Montpellier. Ce qui n’empêche que les dernières productions parisiennes ont insinué le doute quant à une animation offensive insuffisante, des entames de match balbutiantes, une motivation fluctuante selon les aveux même de certains joueurs… Néanmoins, pour le gardien Salvatore Sirigu, le problème est ailleurs, comme il l’expliquait dans L’Equipe : «Les très bonnes équipes se construisent sur la durée. La nôtre a été créée cette année et c’est toujours difficile de trouver une cohésion parfaite (…) En fait, on attend trop de choses du PSG. Tout le monde voudrait que l’on gagne 3-0 ou 4-0.» Mais s’il faut du temps pour construire une grande équipe, en revanche, pour remporter son premier titre de champion depuis 1994, le PSG n’en a guère. Il lui reste juste 9 matches pour mettre à la raison l’opposant montpelliérain. Et cela commence par un déplacement à Nancy qui occasionne rarement des sourires chez les Parisiens.        
Nancy, la bête noire
Le 17 février 2007, le trio Pauleta-Frau-Gallardo offrait la victoire au Paris SG face à une formation nancéienne réduite à 10 dans le dernier quart d’heure (0-3). Ce succès demeure le dernier des Parisiens à Marcel-Picot, et même le seul en Lorraine depuis le début du XXIe siècle. Pire, lors de ses 4 derniers déplacements à Nancy, le club de la capitale n’a glané que deux malheureux points en inscrivant un seul petit but. Autant dire que, pour employer une expression très répandue chez les sportifs, l’ASNL s’impose comme une véritable bête noire du PSG. Un statut encore renforcé par le succès des Lorrains au Parc des Princes lors de la phase aller du championnat (0-1). Et pour achever le tableau, Nancy reste sur 4 matches sans défaite, dont 2 victoires à domicile contre Lyon et Montpellier. De quoi faire peur aux Parisiens ? 
Ancelotti joue sa crédibilité
25 à 20 pour Antoine Kombouaré. Tel est le bilan des points pris cette saison par les deux entraîneurs du Paris SG face aux mêmes adversaires. Ainsi, depuis son arrivée dans la capitale fin décembre 2011, Carlo Ancelotti n’a certes pas connu la défaite en championnat, mais ses 5 victoires sont contrebalancées par 5 matches nuls. Or, pendant la phase aller, son prédécesseur à la tête de l’équipe parisienne avait, lui, compilé 8 succès pour seulement 2 scores de parité. Alors évidemment, le contexte des rencontres était à chaque fois différent et la comparaison s’arrête là. Mais l’entraîneur italien, qui avait pris la tête d’une formation leader de la Ligue 1 avec 3 points d’avance sur Montpellier, sait qu’il joue une partie de sa crédibilité sur cette fin de saison. Pour le moment, il n’a réussi ni à améliorer de façon nette le fond de jeu de son équipe, ni à lui trouver une véritable identité tactique, lui qui ne cesse de changer de schéma et d’hommes en défense. Des impairs qui seraient vite oubliés en cas de sacre parisien. Mais si tel n’était pas le cas…

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...