mercredi 21 mars 2012

La Bourse de Paris retombe dans le rouge



© Kai Pfaffenbach / Reuters/REUTERS
Le CAC 40 qui avait ouvert en légère hausse recule de 0,36 % en milieu d’après midi. L’euro et le pétrole repartent à la hausse. La situation en Chine reste au centre des préoccupations.
La Bourse de Paris hésite sur la direction à prendre. Ce mercredi, en milieu d’après midi, le CAC 40 recule de 0,36 % à 3525,31 points. Hier, il avait terminé sa séance sur une baisse de 1,32 %.
Le CAC 40 avait déjà réduit la cadence en fin de matinée, alors que les finances publiques du Royaume-Uni se sont nettement dégradées en février, à la surprise des analystes qui s’attendaient à une amélioration.
Les investisseurs restent également concentrés sur les nouvelles venues d’Asie, notamment celles venant de Chine. Des signaux plutôt mitigés, alors que la Banque centrale du pays a rappelé cette nuit le risque permanent du ralentissement de la croissance chinoise, ainsi que celui d’une forte inflation dans le pays. Depuis quelques jours, la constatation d’un tassement de la demande de minerai de fer et d’une baisse de la production d’acier dans le pays, ont renforcé les craintes des opérateurs sur la situation macroéconomique.
Aux États-Unis, les investisseurs seront tout particulièrement attentifs au chiffre des ventes de maisons anciennes pour le mois de février. Ce secteur largement à l’origine de la crise est toujours scruté par les investisseurs.

Normalisation du marché de la dette

A contrario, l’évolution de la situation en Grèce soulage quelque peu ces craintes. Cette nuit, le Parlement grec a donné son aval au deuxième plan de sauvetage européen, qui prévoit le versement d’ici à 2015 de nouveaux prêts de 130 milliards d’euros pour lui éviter la faillite. Le pays a reçu hier un premier versement de 7,5 milliards d’euros mais a surtout réussi, en levant 1,3 milliard d’euros de bons du Trésor, son premier test sur le marché obligataire depuis la restructuration d’une partie de sa dette. Ce matin, le Portugal a levé près de 2 milliards d’euros à court terme, avec des taux en nette baisse et l’Allemagne plus de 4 milliard d’euros à deux ans, à un taux en hausse qui témoigne d’une normalisation du marché
Toujours en zone euro, Mario Monti, s’est engagé dans un bras de fer avec les syndicats et du patronat pour tenter de réformer en profondeur le du droit du travail. Une action qu’il présente comme une priorité de son gouvernement.
A noter également, l’institut économique RWI a revu à la hausse mercredi sa prévision de croissance du produit intérieur brut de l’Allemagne, tablant désormais sur + 1 % alors que le gouvernement allemand attend + 0,7 %.
De quoi permettre à l’euro de repartir à la hausse ce matin face au billet vert. En fin de matinée, la devise européenne s’échange à 1,3269 dollar, contre 1,3232 dollar la veille au soir. Sur le front du pétrole, les prix de l’or noir repartent également à la hausse, après l’annonce d’une chute des stocks de brut aux États-Unis. Le baril de «light sweet crude» (WTI) s’apprécie de 0,39 % à 106,68 dollars et le Brent de la mer du Nord gagne 0,36 % à 124,52 dollars.
Du côté des valeurs à suivre
Pernod Ricard (+0,05 % à 78,60 euros) poursuit à un rythme soutenu ses hausses de prix en Chine, son deuxième marché derrière les États-Unis, à la faveur d’une demande locale de cognac et de whisky dont la vigueur ne faiblit pas.
Vivendi (+0,50 % à 14,07 euros): Le fonds souverain du Qatar a pris, en plusieurs opérations menées depuis un an, une participation au sein du groupe français diversifié, dont il détient désormais 2 % du capital et des droits de vote, selon un document officiel de Vivendi.
Belvédère (-1,07 % à 55,50 euros), en cessation de paiements, a été placé en redressement judiciaire à sa demande par le tribunal de commerce de Dijon, a-t-on appris mercredi auprès de la direction.
EDF (-0,77 % à 18,56 euros) a levé 1 milliard d’euros et 500 millions de livres (600 millions d’euros) à long terme sur le marché obligataire à des taux similaires à ses emprunts précédents, afin de rallonger la maturité de sa dette, a annoncé aujourd’hui le groupe.
Vinci (+0,68 % à 39,83 euros) a annoncé hier soir le succès du placement de son émission obligataire de 750 millions d’euros à échéance mars 2020 et assortie d’un coupon à 3,375 %. Le groupe indique dans un communiqué que l’opération a été quatre fois sursouscrite.
PSA Peugeot Citroën (-1,36 % à 12,73 euros). Le constructeur automobile clôturera son augmentation de capital d’un milliard d’euros ouverte le 8 mars.
Nicox (+34,82 % à 4,20 euros). La société de biotechnologie a conclu un option d’achat pour acquérir 100 % du spécialiste de l’ophtalmologie Altacor. L’investissement initial sera de 2 millions de livres (2,38 millions d’euros) pour une prise de participation de 11,8 %.
Poweo, Gameloft, Guyenne & Gascogne, STEF-TFE, Aubay et Wendel publieront leurs résultats annuels après Bourse.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...