samedi 24 mars 2012

Festival d'Avignon : Du beau monde pour la 66e édition



CULTURE


La présentation du programme du Festival d'Avignon a eu lieu vendredi. De nombreux artistes de tous les genres seront présents.
Simon McBurney, acteur et metteur en scène britannique, parrain du Festival 2012
Simon McBurney, acteur et metteur en scène britannique, parrain du Festival 2012 AFP/Anne-Christine POUJOULAT
Bientôt le Festival d'Avignon 2012. Même s'il ne commencera que le 7 juillet, les passionnés de théâtre y pense déjà puisque la programmation a été dévoilée vendredi. Le programme est donc connu. Conçu cette année autour de l'acteur et metteur en scène britannique Simon McBurney, il réunira des créateurs engagés dans une démarche associant tous les langages artistiques. Cette 66è édition offrira 36 spectacles, dont plus des deux-tiers sont des créations, ont annoncé les directeurs, Vincent Baudriller et Hortense Archambault, lors d'une conférence de presse à Avignon. Près de la moitié des artistes invités, dont de nombreux Britanniques, viendront pour la première fois dans la cité des papes.
Cliquez ici !
A l'occasion du centenaire de sa naissance, un hommage spécial sera rendu au fondateur du Festival, Jean Vilar, le 14 juillet, sur le parvis du Palais des Papes. Le spectacle « Place Public », ouvert à tous, mêlant théâtre, vidéo et musique, sera donné par la compagnie de théâtre de rues KompleXKapharnaüM. Simon Mc Burney, créateur majeur de la scène internationale encore peu connu du grand public, ouvrira le festival dans la Cour d'honneur du Palais des Papes avec « Le Maître et Marguerite » de l'écrivain russe Mikhaïl Boulgakov. Une oeuvre « folle », selon Vincent Baudriller, adaptée à l'imaginaire foisonnant de Simon McBurney qui utilise les mots, les corps, les gestes, les images pour inventer « un théâtre iconoclaste et émouvant ». Fondateur à Londres de la compagnie « Complicité », formé en France chez Jacques Lecoq, Simon McBurney rejette autant les frontières géographiques qu'artistiques, considérant le théâtre comme un lieu d'invention, d'interrogation et d'engagement.

In et off au même moment

Une démarche partagée par son complice, l'écrivain britannique John Berger, dont un roman d'amour épistolaire, « De A à X », sera lu dans la Cour d'honneur. Dans « Est-ce que tu dors», John Berger dialoguera avec sa fille Katya autour d'une fresque d'un peintre de la Renaissance, Andrea Mantegna. Les artistes invités au Festival s'interrogeront également sur la forme théâtrale contemporaine, revisitant le répertoire avec notamment « La Mouette » d'Anton Tchekhov, mise en scène par Arthur Nauzyciel pour la Cour d'honneur et « Six personnages en quête d'auteur » d'après Luigi Pirandello, monté par Stéphane Braunschweig. En prise avec le réel, des metteurs en scènes parleront des dérives des systèmes financiers: l'Allemand Nicolas Stemann présentera ainsi « Les Contrats du commerçant. Une comédie économique » et Bruno Meyssat donnera « 15% ». Les violences en Colombie seront évoquées par le Mapa Teatro de Bogota, de même que le risque écologique avec la Britannique Katie Mitchell qui présentera « Les Anneaux de Saturne », d'après le roman de W.G Sebald, et « Ten Billion », conçu avec le scientifique Stephen Emmot.
La chorégraphe Sandrine Buring et Stéphane Olry avec sa compagnie La Revue Eclair se pencheront sur le handicap avec « Chose » et « Hic sunt leones », nés d'un travail mené avec des enfants polyhandicapés, de même que Jérôme Bel qui a travaillé avec une compagnie professionnelle d'acteurs handicapés, le Theater Hora de Zurich, pour son spectacle « Disabled Theater ». Le regard sur le corps trouvera un écho dans les spectacles de chorégraphes comme Sidi Larbi Cherkaoui, Josef Nadj ou Régine Chopinot. Et bonne nouvelle cette année, le In et le Off s'accorderont sur le calendrier : les deux festivals se dérouleront aux mêmes dates, du 7 au 28 juillet.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...