samedi 31 mars 2012

Eva Joly à Toulouse pour défendre les langues régionales



Créé le 31-03-2012 à 17h07 - Mis à jour à 17h08      Réagir

"Je suis bien placée pour savoir que ce n'est pas parce que vous parlez deux, trois, quatre langues, que vous n'aimez pas votre patrie", estime la candidate EELV.

 
 Share1
"Dans beaucoup d'endroits, les langues régionales sont en danger", regrette Eva Joly. (Eric Cabanis - AFP)
"Dans beaucoup d'endroits, les langues régionales sont en danger", regrette Eva Joly. (Eric Cabanis - AFP)
SUR LE MÊME SUJET
La candidate à l'élection présidentielle EELV, Eva Joly, le président socialiste du Sénat, Jean-Pierre Bel, le député européen EELV José Bové, et des milliers d'autres personnes ont défilé joyeusement samedi 31 mars à Toulouse pour la défense de l'occitan.
La police a compté 20.000 manifestants et les organisateurs au moins 30.000.
Dans l'interminable cortège rouge et or, les couleurs du drapeau occitan, de jeunes élèves des "calandretas", ces écoles où l'on parle occitan, entourés de leur famille, ont défilé en fanfare, derrière une banderole proclamant "Per la lenga occitana!" (Pour la langue occitane).

Langues régionales en danger

Jean-Pierre Bel, Eva Joly, le maire socialiste de Toulouse Pierre Cohen, le président socialiste du conseil régional de Midi-Pyrénées Martin Malvy, ainsi que de nombreux élus locaux ceints de leurs ceintures tricolores défilaient côte à côte.
"Je suis bien placée pour savoir que ce n'est pas parce que vous parlez deux, trois, quatre langues, que vous n'aimez pas votre patrie", a déclaré Eva Joly avant le rassemblement. "Dans beaucoup d'endroits, les langues régionales sont en danger", a-t-elle regretté, affirmant que "l'offre d'enseignement des langues régionales dès la maternelle doit être obligatoire".
Jean-Pierre Bel, qui s'est posé en représentant du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, a assuré que "si demain, les Français lui font confiance, le nouveau président de la République ratifiera la charte européenne des langues régionales ou minoritaires".

"Un droit pour nos langues"

La ratification de cette charte est l'une des revendications des manifestants, de même que le développement de l'enseignement des langues régionales.
"Nous voulons un droit pour nos langues", a martelé Jean-Louis Blenet, président de La confederacion occitana de las calandretas, l'une des cinq associations organisatrices de la marche.
Il défilait derrière les géants figurant Raymond, comte de Toulouse, Pierre, roi d'Aragon, et Jean Jaurès, icône du parti socialiste.
Environ un habitant de Midi-Pyrénées sur cinq est capable de discuter en occitan (sondage réalisé fin 2010), une langue qui décline malgré l'attachement des élus locaux.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...