dimanche 18 mars 2012

EN DIRECT. Culture : Hollande critique le bilan de Sarkozy


EN DIRECT. Culture : Hollande critique le bilan de Sarkozy

P.Th., D.L.C. | Publié le 18.03.2012, 09h57 | Mise à jour : 20h32
François Hollande, candidat du PS à la présidentielle, lors de son discours de clôture d'un rassemblement organisé par Génération Création au Cirque d'Hiver à Paris.

François Hollande, candidat du PS à la présidentielle, lors de son discours de clôture d'un rassemblement organisé par Génération Création au Cirque d'Hiver à Paris. | Capture d'écran

Zoom1/12
C'est son grand jour. Une  suivie d'un meeting sur la place Bastille... Le candidat du Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a renoué, ce dimanche, avec la pratique des grands rassemblements populaires, lançant : «Nous allons faire de cette élection une insurrection civique!» De quoi s'imposer un peu plus dans la campagne, au point d'apparaître comme un possible troisième homme ? 

Il est pour l'instant cinquième, selon une enquête Ifop/JDD publiée ce dimanche.  Mais, avec les 11% des intentions de vote dont il est crédité dans cette étude, il n'est plus un petit candidat parmi d'autres et parvient à talonner le candidat du , François Bayrou. 

Autre enseignement de ce sondage, Nicolas Sarkozy (27,5%) - qui a pilonné son rival socialiste, samedi - arriverait en tête, suivi de très près par François Hollande (27%). Au second tour, le candidat socialiste - qui a passé une bonne partie de son dimanche au Salon du livre - l'emporterait largement sur son rival UMP (54/46). 

Toujours selon cette étude, Eva Joly, la candidate écolo, est par contre créditée de... 2,5%, après de nouvelles rumeurs de retrait qui ont obligé son état major à réaffirmer sa «détermination». Invitée du «Grand rendez-vous» Europe 1/I-Télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France, la secrétaire nationale d'EELV, Cécile Duflot, a commenté les évolutions opposées d'Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon en défendant la première et égratignant le second.

Avec leparisien.fr, suivez cette journée de campagne minute par minute:

20h25. Hollande parle foot et cinéma. Evoquant le financement du cinéma français, le candidat socialiste partage sa crainte de voir un acteur majeur de la production française souffrir de la perte des droits de diffusion du football au détriment de la chaîne Al Jazeera. Il voit dans ce changement de diffuseur «une atteinte qui touche la chaîne cryptée» et redoute que «la chaîne privée réduise son soutien au cinéma par manque de moyens».

20h22. Guéant affirme l'attachement de la France à l'abattage rituel. «La liberté religieuse, c'est aussi la protection de l'abattage rituel en France, composante du libre exercice du culte dans notre pays, affirme le ministre de l'Intérieur. La France est attachée à l'existence d'un abattage rituel et s'honore d'en garantir la pérennité.» «Simplement, il est apparu que certains abattoirs français recouraient à l'abattage rituel pour des raisons de commodité et économiques et non pour répondre à des commandes spécifiques. Pour écarter les risques d'abus, le gouvernement a renforcé» son encadrement, souligne Claude Guéant. Invité à débattre de la question «la laïcité menace-t-elle la liberté religieuse» aux cotés de Manuel Valls (PS), directeur de la communication de campagne de François Hollande, le ministre affirme que «la conception de la laïcité (du gouvernement) n'est pas contre les religions». Rebondissant sur les récentes polémiques autour de la viande halal et casher, Manuel Valls est «revenu sur le climat ambiant qui est celui d'une stigmatisation croissante des pratiques religieuses» ajoutant que «l'Etat n'a pas à se préoccuper des préceptes alimentaires» des Français.

20h15. Hollande veut défendre la francophonie à travers le monde. Après sa visite au Salon du Livre, le candidat socialiste s'engage à promouvoir la langue française lors de son discours de clôture du rassemblement de Génération Création. Le député de Corrèze met en avant l'idée d'une francophonie forte pour «ces 250 millions d'humains qui nous font l'honneur de défendre notre langue, le français, une langue de liberté et de Culture».

20h12. Mélenchon heureux de ce «grand réveil populaire». Evoquant sur le plateau du 20 heures de France 2, le rassemblement de cet après-midi, le candidat du Front de gauche assure que «pour la gauche que nous incarnons, c'étaient des retrouvailles». Il parle aussi du «sentiment de bonheur de voir cette immense réussite qui s'appuie sur des milliers de gens». La personnalisation? «Elle me gêne énormément. Je suis imperméable au culte de la personnalité», répond Jean-Luc Mélenchon.

20h00. Hollande critique le bilan de Sarkozy en matière de culture. Dans son discours de clôture d'un rassemblement organisé par Génération Création au Cirque d'Hiver à Paris, François Hollande attaque le bilan de Nicolas Sarkozy dans le domaine de la Culture. Il critique notamment «la culture du résultat» et la «disette budgétaire» des politiques culturelles du gouvernement. Le candidat socialiste raille également la «scolarité difficile» de Nicolas Sarkozy qui alors candidat à la présidentielle de 2007 avait ironisé sur la présence du roman de Mme de La Fayette, «La princesse de Clèves», au programme du concours d'attaché d'administration. 

19h15. Des communistes dans un gouvernement socialiste? Jean-Luc Mélenchon n'y croit pas. Interrogé à ce propos sur BFM TV, le candidat du Front de gauche assure que «les communistes n'iront pas dans un gouvernement socialiste». Il souligne au passage que Pierre Laurent et Marie-Georges Buffet se sont exprimés sur le sujet et ont dit qu'«aucune des conditions n'étaient réunies». «Dans ma stratégie, ce qui est à l'ordre du jour, c'est la révolution citoyenne et la VIe République», avait auparavant rappelé Jean-Luc Mélenchon. Pour cela, il assure qu'il a besoin que Nicolas Sarkozy subisse une défaite. Et n'exclut pas d'être présent au second tour. «Admettez que l'histoire de France est pleine d'imprévus», lance-t-il sur BFM TV.
 
18h49. Hollande et les people. «Au Cirque d'Hiver pour Génération Création, autour de @fhollande : S.Hessel, G.Dahan, M.Piccoli, M.Pingeot, Blanca Li, D.Podalydès, A.Romano...», se félicite Harlem Désir , sur Twitter.

18h46. Relation de la France et du Maghreb: «La guerre est finie, maintenant on s'aime.»
Interrogé sur BFM TV, sur les rapports entre la France et le Maghreb, Jean-Luc Mélenchon, qui a grandi au Maroc, lance : «On commence par arrêter le cirque actuel (…) On a des enfants en commun.» «La guerre est finie, maintenant on s'aime», déclare-t-il, en exhortant à «rétablir l'ancienne organisation 4 + 5 (…) en intégrant la Mauritanie» et à voir «comment travailler ensemble».

18h36. «Le peuple français est par vocation un peuple égalitaire.» Jean-Luc Mélenchon évoque la VIe République qu'il appelle de ses voeux, et dans laquelle il souhaite voir inscrits les droits à l'avortement et à l'euthanasie. «Je suis un homme partisan du régime d'Assemblée», rappelle-t-il alors qu'il défend la VIe République. «Chaque fois qu'on touche aux institutions, c'est une manière de refonder la nation», souligne le candidat du Front de gauche.

18h30. Supprimer le mot «race» de la Constitution? Ce n'est pas le sujet de la campagne, balaie Mélenchon. Sur BFM TV, ce dernier évoque néanmoins le «procédé indigne» de Nicolas Sarkozy à Lyon : «C'est pas bien ce qu'il fait, de laisser entendre qu'à gauche, il y aurait des gens indifférents à la Shoah.» Une réaction à la sortie du président-candidat, qui a assuré, au cours de son meeting de samedi, que retirer le mot «race» de la Constitution ferait injure aux victimes du nazisme car le mot a été «écrit dans le préambule de 1946» avec leur «sang». 

18h20. En Europe, la France n'a «pas à marcher le bonnet à la main», selon Mélenchon.Dans une interview enregistrée et diffusée ce dimanche sur BFM TV, le candidat du Front de gauche assure : «La France est la deuxième puissance économique du continent. On ne fait pas l'Europe sans nous.» Lui rappelle son souhait que la BCE puisse «prêter directement aux Etats».

18h10. Mélenchon : Hollande commet une «erreur» en voulant être en tête dès le premier tour. Le candidat du Front de gauche appelle, sur BFM TV, le candidat socialiste à «travailler comme» lui à vaincre la «résignation» qui s'est abattue selon lui sur une partie des Français. Mais, selon Jean-Luc Mélenchon, François Hollande «pousse des fois à la résignation, quand lui-même dit qu'il faut d'abord produire avant de répartir, alors que nous produisons». Le candidat du Front de gauche juge que celui du PS a «tort de dire c'est au premier tour que je dois être devant». «La position au premier tour n'est pas le facteur décisif pour l'homme de gauche, ce qui compte c'est d'avoir une capacité de rassemblement», explique-t-il, précisant que sa «bataille est d'aller chercher parmi ceux qui ne veulent plus aller voter (..) et de leur dire : venez avec nous».

18h00. Ségolène Royal : Nicolas Sarkozy est un «homme survolté» car «il a peur de perdre son immunité présidentielle». 
Invitée de l'émission «C Politique» sur France 5, Ségolène Royal a décrit le candidat Nicolas Sarkozy comme «un homme survolté». Citant des spécialistes du comportement, la candidate à l'élection présidentielle de 2007 estime que le candidat de l'UMP se comporte ainsi car «il a peur de perdre la confiance des Français et peur de perdre son immunité présidentielle». Faisant référence notamment à l'affaire de Karachi, la présidente PS de la région Poitou-Charentes prédit que les problèmes judiciaires rattraperont Nicolas Sarkozy en cas de défaite à l'élection présidentielle.

17h49. L'intervention de Jean-Luc Mélenchon est rediffusée sur la place de la Bastille. Le candidat du Front de gauche à la présidentielle a notamment lancé : «Génie de la Bastille qui culmine sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France. Nous sommes le drapeau rouge!» Puis évoqué «la révolution citoyenne qu'il est nécessaire d'accomplir pour changer en profondeur la vie du peuple». 

17h28. «Un discours qui porte une très grande ambition pour la République», pour Buffet.Selon l'ancienne candidate à la présidentielle, ce discours vise à «rendre effectifs les droits à l'égalité et à la liberté». «On va battre Sarkozy et la bande du Fouquet's et mettre l'extrême droite le plus bas possible», lance celle qui veut ensuite mettre en place «une politique de gauche». «Le vote utile pour soi-même et pour le peuple, c'est le vote pour Jean-Luc Mélenchon», conclut Marie-Georges Buffet au micro de BFM TV.

17h22. Fin du discours. «L'internationale», puis la «Marseillaise», résonnent place de la Bastille.

17h18. «Nous sommes le cri du peuple!», lance Mélenchon. «Je vous appelle à commencer ce printemps des peuples, exhorte le candidat du Front de gauche. Ouvrez en France la brèche (…) par laquelle passera ensuite le vote des Grecs et des Allemands.» «Voici le printemps! conclut-il. Faites votre devoir en accourant à la rescousse partout où les luttes ouvrières vous appellent. (…) Mettez à la mode, la couleur rouge!»

17h12. Mélenchon : «Nous abrogerons le Concordat dans toutes les terres françaises.» Le candidat du Front de gauche évoque également le droit à l'avortement, le mariage «pour tous», la liberté d'internet ainsi que le «droit du sol intégral».

17h08. Mélenchon parle de la «Constituante». «Et ainsi commencera la marche de l'égalité», assure celui qui a dédié ce rassemblement à Louise Michel. «Liberté, liberté, c'est elle que nous voulons faire cheminer par l'égalité», lance-t-il.

17h00. «Toute l'Europe attend l'éruption du volcan français», lance Mélenchon qui assure devant un public conquis que «le temps des cerises revient». Et le candidat du Front de gauche d'entamer son discours par un «salut fraternel au peuple grec, aux Espagnols, aux Portugais, aux Italiens, à tous ceux qui ont pour l'instant sur leurs têtes le poids de l'oppression».

16h57. Jean-Luc Mélenchon entre en scène. Ovationné, le candidat rit aux éclats et lance : «Nous allons faire de cette élection une insurrection!» «Nous sommes venus au bon endroit, à la bonne date», fait-il valoir vantant la Bastille, «point de départ de toutes nos révolutions».

16h50. Ridan chante pour Mélenchon et s'exprimera ce soir devant Hollande... Dans une interview au Nouvel Observateur, l'ancien rappeur avait expliqué qu'il soutenait le candidat du Front de Gauche. Mais ce soir, au Cirque d’Hiver (Paris, XIe), la révélation de l'année aux Victoires de la Musique 2005 prendra la parole devant François Hollande. Le candidat socialiste réunit des personnalités du monde du spectacle et des artistes de son comité de soutien.

Ma liste de blogs

PARTAGER

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...